2016



LARAS D’OR 2016

Bonsoir à toutes et à tous, Bienvenue à notre remise annuelle des laras d’or, la 14 ème du nom. Récompenser le talent, l’effort, l’assiduité, la volonté, la souffrance, le dépassement de soi, quoi de plus difficile, quoi de plus impossible. Se donner l’illusion de l’excellence, tendre à la perfection, peut-être mais ne jamais oublier qu’avant tout, jouer au hockey, c’est d’abord jouer. Et qui dit jeu, dit amusement, rires, bonheur. Appréhender le hockey de quelque autre manière serait dénaturer sa raison d’être et le considérer autrement que ce pourquoi il est fait c’est-à-dire une source de plaisirs serait une erreur. Evidemment, dans quelque activité que ce soit, chacun, à sa façon, cherche son épanouissement et les honneurs seront appréciés différemment. Au fil des ans, j’ai pu observer que les larmes embuaient plus souvent les yeux des parents que de leurs bambins. Et c’est très bien ! Sans vous, tous les jeunes sur le terrain ne progresseraient pas comme ils le font. Ce sont votre présence et vos encouragements qui les motivent à se transcender. Et c’est également cette volonté de voir progresser les êtres et les choses qui motivent, j’en suis sûr, tous ceux qui oeuvrent toute l’année pour que ce club progresse et qui vont encore le démontrer ce week-end tout au long du tournoi. Alors, merci d’être là, vous les parents, les entraineurs, les coachs, administrateurs, bénévoles, arbitres, joueurs. Merci à tous ceux et celles qui organisent ce tournoi et à tous ceux et celles qui, au montage, au démontage, en cuisine, au bar, à la table, sur les terrains et partout ailleurs, se démènent pour faire de ce tournoi un succès. Merci aussi à la Ville de Wavre et aux autorités provinciales pour leur soutien indéfectible représenté ce soir par Jean-Pol Hannon, notre Echevin des Sports,….! Et que dire alors de nos sponsors si impliqués et sans lesquels un club de sport comme le nôtre ne peut pas survivre aujourd’hui. Et maintenant, Place aux Laras d’or.

JOUEUR DE L’ANNEE

Comme chaque année, c’est au sein de l’équipe messieurs 1 du club qu’est choisi le joueur de l’année. Elu par le vote de ses pairs et du staff, le joueur de l’année a encore tout à prouver et pourtant il sait déjà tant de choses. Techniquement surdoué, doté d’un placement à toute épreuve, d’une solide vision du jeu et excellent dans les feintes et les dribbles, il devra encore s’imposer physiquement dans certains duels et mettre encore plus son talent individuel au service de son équipe. Si ce joueur a encore un format de poche, c’est pour mieux y perdre les attaquants adverses qui viennent s’y frotter. Il précède Mathieu Weyers, Cameron Birchall et Loup Vermeeren au classement. Toujours souriant, sympathique et frondeur, le joueur de l’année s’appelle GUILLAUME VAN MARCKE

JOUEUSE DE L’ANNEE

De la même façon que chez les messieurs, c’est le vote des dames 1 et de leur staff qui détermine la joueuse de l’année. 16 ans, un début de saison en attaque, pas vraiment sa tasse de thé et une équipe qu’elle découvre puis elle retrouve sa place de prédilection dans l’entrejeu. Et là elle s’éclate. Elle prend confiance en elle, joue sans complexes, grandit physiquement et moralement. A l’image de ses frères qui l’ont précédé, elle allie hargne et jusqu’au-boutisme. Elle devance ses dauphines Olivia De Cocker, Géraldine Chardome et Alice Van Raemdonck obtenant des points de quasi toutes et tous les votants. Vos applaudissements à la joueuse de l’année : VALENTINE MEURMANS

JEUNE JOUEUR DE L’ANNEE

Etaient nominés cette année dans cette catégorie: OSCAR IDE U14, CLEMENT DECKERS U16, ARTHUR DIRICK U19 Oscar ide, le milieu de terrain U14 garçons 1. Il est doté d’un physique à 4 poumons avec une vitesse d’accélération d’une Ferrari. En deux ans, il a fait un bon exceptionnel pour devenir le gestionnaire du jeu des U14. Il a aussi gagné sa place en équipe district où il montre que le Lara forme des très bons joueurs. Arthur Dirick : Des gênes de Lionel Messi avec des buts venus de nulle part que nous ne vous conseillons pas de tenter, vous n’y arriveriez pas. Dommage que ce ne soit pas filmé. Ce talent n’est pas resté vain et il a gagné une place en équipe première de notre club. Clément Deckers enfin: C’est la pièce maitresse de la muraille qu’est la défense des U16 garçons 1. Pas complètement infranchissable mais un guerrier qui est le coordinateur du mur défensif. Principe de base : Il y trois éléments chez un hockeyeur, la balle, le stick et l’homme. Un des trois ne peut pas passer. Ce qui lui vaut parfois quelques soucis avec le corps arbitral. C’est un combattant sans relâche qui n’hésite pas à se muer en attaquant pour fissurer un peu plus les défenses adverses. Un engagement jusqu’à l’épuisement total, voilà sa qualité première. Clément s’est, de plus, mis au service des U19 pour essayer de les maintenir en division 1. Boute-en-train turbulent, il a par ailleurs donné une dynamique positive à son groupe. C’est lui le jeune joueur de l’année. Nos applaudissements à CLEMENT DECKERS

JEUNE JOUEUSE DE L’ANNEE

Etaient nominées cette année dans cette catégorie: MARIE VANDEN BEMDEN U14, FLORINNE BRISAERT U16, ALICE VELGHE U19 Pour ce Lara d’or, j’ai un texte un peu particulier que m’a envoyé Mili Roverano, la coach argentine de notre lauréate de ce soir qui rentrera malheureusement dans son pays la saison prochaine, un texte en anglais ma foi très émouvant que j’ai traduit et qui dit ceci : « Depuis le premier jour, j’ai vu qu’il y avait quelque chose de différent chez toi. J’ai trouvé de l’enthousiasme, de l’énergie et de la passion. Tout le monde n’est pas capable d’avoir une passion. Si je peux te laisser quelque chose de tout ce temps que nous avons passé ensemble, ce serait un honneur pour moi si cela dépassait le cadre du hockey. Chaque chose que tu feras dans ta vie, fais-le avec la même passion. Tu feras des erreurs, tu connaitras la défaite, tu pleureras peut-être mais tu sais quoi ? Ce sera ta passion et ton envie qui te feront redresser la tête et essayer encore. Et je t’assure, et je te promets qu’alors, tu connaitras le succès, tu gagneras et tu riras. Félicitations Flo, Te quiero » Jeune joueuse de l’année : FLORINNE BRISAERT

MEILLEUR ESPOIR MASCULIN

Etaient nominés cette année dans cette catégorie: ALEXIS LANDRAIN U12, ARTHUR HENRY U11, BRIEUC ANDRE U9 Le talent ne se mesure pas à la taille. Rappelez-vous certains héros de votre enfance : Benoit Brisefer, Popeye. Tous petits mais dotés de pouvoirs magiques. Notre vainqueur de ce jour est aussi nanti des pouvoirs d’un grand joueur : une technique individuelle qui pousse les spectateurs à venir voir les matchs où il joue, charmés par ses gestes, une vitesse de course qui laisse ses adversaires sur place (un peu d’Usain Bolt), une combativité de boxeur quitte à y laisser des dents mais un petit passage par l’infirmerie ne l’effraie pas. Cela décuple en fait sa combativité. Ajoutez à cela un esprit d’équipe où il tient à être un membre à part entière et où ses compagnons sont des copains de tous les jours. Ce condensé de qualités dans un seul être existe, ce n’est pas de la bande dessinée, de la fiction. Ce héros du gazon synthétique, meilleur espoir masculin de l’année, c’est ALEXIS LANDRAIN

MEILLEUR ESPOIR FEMININ

Etaient nominées cette année dans cette catégorie: CAMILLE BELIS U12 et ROXANE SCUTNAIRE U11 Elle est talentueuse et impressionnante. Cette petite joueuse a commencé il y a peu de temps et elle joue déjà comme une vraie pro. Je pense qu’elle est née avec un stick en main. Son évolution a été remarquable. Quand elle arrive sur le terrain, on voit tout de suite qu’elle s’y sent bien; toujours souriante et positive. Tant aux entrainements qu’aux matchs, cette jeune fille donne le meilleur d’elle-même. C’est une battante. Elle n’abandonne jamais. En défense, elle mettra la tête s’il le faut pour protéger son but. En attaque, elle ira chercher le dernier carat pour mettre la balle au fond. Ses entrainements et ses matchs ne lui suffisent pas. Elle joue des heures dans son jardin jusqu’à ce qu’on la rappelle. Presque chaque week end, cette petite tête blonde va jouer un deuxième match et à chaque fois elle se donne à fond jusqu’au coup de sifflet final. Notre club est fier de pouvoir compter sur une aussi bonne joueuse. Meilleur espoir féminin de l’année : CAMILLE BELIS.

BOUT D’CHIQUE DE L’ANNEE

Etaient nominés cette année dans cette catégorie: GAUTHIER CALLEWAERT, CELINE DEPREZ et PIERRE MATTHYS (Tous trois en U8) Pour le Bout d’chique de l’année, nous avons choisi quelqu’un qui brille par sa vitesse, son placement sur le terrain et ses capacités techniques. Tout au long de l’année, il a fait preuve d’une énergie sans failles. Il a progressé match après match mais a également fait progresser son équipe entière grâce à une compréhension du jeu et un merveilleux esprit d’équipe. Je vous prie d’applaudir cet espoir en devenir, bout d’chique de l’année: GAUTHIER CALLEWAERT

EQUIPE JEUNE DE L’ANNEE

La Commission Sportive a décidé de nominer une série d’équipes pour ce lara d’or de la meilleure équipe « jeunes ». Passons en revue ces équipes. Honneur aux plus jeunes : les U9 filles1. Une équipe de copine qui a pris à cœur de développer un jeu d’équipe où toutes ont fait un bond technique important. Les U12 filles 1 ensuite. Elles s’étaient fixé comme objectif de jouer le top et elles finissent 3ème en division 1 nationale. Mission accomplie. Les U14 filles 1 ont connu un début de saison difficile (4 défaites sur les 5 premiers matchs) mais elles ont su créer un groupe et, ensemble, ont réussi à développer un jeu d’équipe avec, au bout du compte, la possibilité de jouer la montée en Division 1 où elles se sont très bien comportées. En garçons, Le U12garçons 1 ont gagné tous les championnats tant en salle qu’en extérieur mais surtout, ils ont su développer un jeu collectif digne du Barça. Les U14 garçons 1 ont retrouvé la division 1 après une belle première place au premier tour et une deuxième place au deuxième tour. Chapeau à leur coach Géraldine pour avoir su tirer le meilleur de son groupe. Enfin, les U19 garçons salle ont porté très haut les couleurs de notre club. Seule la victoire en finale a manqué. Mais battre le Wadu en demi-finale restera comme un super souvenir pour les joueurs de cette équipe. C’était très difficile de choisir. Nous avons voulu privilégier le beau jeu qui fait rêver et le palmarès de cette saison. Equipe jeune de l’année : LES U 12 BOYS 1

EQUIPES SENIORES DE L’ANNEE

Une fois n’est pas coutume, ce n’est pas une mais deux équipes seniors que nous allons honorer cette année. Deux car elles sont indissociables tant par leur nature que par leurs résultats. Fruits d’un mariage hétéroclite entre jeunes et moins jeunes, joueurs confirmés ou non, anciens très bons joueurs ou débutants malhabiles, copains de toujours ou naufragés volontaires qui ont trouvé chez nous la terre promise, ces deux bandes de zouaves aussi imprévisibles qu’attachants, parfois si différents sur ou en-dehors du terrain, forment un petit monde à part. Pas du tout en vitrine car jouant en général le dimanche matin à l’heure où la plupart d’entre nous se prélassent encore dans leurs pénates, ces deux formations ont porté bien haut les couleurs du Lara cette saison, terminant toutes deux à la deuxième place de leur série et se donnant le droit de jouer, c’était ce matin, les demi-finales de play-offs pour jouer la montée en Division 2. Résultat : Une des deux équipes jouera la finale, l’autre étant malheureusement éliminée. Redoutables adversaires sur le terrain et lors de la troisième mi-temps, c’est avec beaucoup de plaisir que je remets ces deux Laras d’or de l’équipe senior de l’année aux capitaines des DEUX EQUIPES MINEURES du club dont je demande aux membres présents de me rejoindre sous vos applaudissements.

ENTRAINEUR DE L’ANNEE

Etaient nominés cette année dans cette catégorie: BASTIEN NESSE, ANTOINE REGNIER, NOLWENN DE SONIS, ELKE NASEMANN, MILLI ROVERANO Discrétion, Gentillesse, Dévouement ! Voilà en quelques mots comment on pourrait décrire l’entraineur de l’année. Arpentant depuis de nombreuses années déjà les terrains du club comme joueuse, cet entraineur s’est investie sans compter depuis deux ans dans l’entrainement des plus jeunes, en suivant une formation Adeps et en s’occupant avec passion des petits U8 et U9. Très appliqué, très consciencieux, l’entraineur de l’année n’a de cesse de progresser et de faire progresser les autres. Sa modestie naturelle lui interdit sans doute de se mettre en avant mais nous, rien ne nous en empêche. Alors, pour honorer cette dame qui sert si bien notre club à pas de velours, J’ai le plaisir de remettre le Lara d’or de l’entraineur de l’année à ELKE NASEMANN !

ESPRIT CLUB

Nul n’est besoin d’avoir 100 ans pour avoir l’Esprit Club. Cet attachement aux couleurs, cette fierté de défendre celles-ci et de leur faire honneur en toutes circonstances n’est pas l’apanage des aînés. Cette année, nous mettons à l’honneur un jeune garçon d’à peine 15 ans. S’il s’est d’abord signalé comme joueur où il officie encore en U16Boys 2, il n’a pas fallu longtemps pour qu’il sente poindre en lui le virus de l’arbitrage. Passionné donc pressé, il est devenu rapidement le plus jeune arbitre national du club et peut-être de Belgique. Il a déjà eu l’occasion de siffler en mineures et même les dames en Division 1. Par ailleurs, il a suivi la formation d’initiateur ADEPS et il entraine des équipes chez nous le mercredi. Toujours disponible, c’est un bonheur d’avoir chez nous un garçon de cette trempe. Lara d’or de l’Esprit Club : SIMON MUSIN

LARA D’HONNEUR

Le Lara d’honneur récompense en général une personne ou un groupe de personnes, pas forcément joueurs ou entraineurs qui s’activent, souvent dans l’ombre, pour permettre à tous les rouages du Club de fonctionner au mieux. Ces gens ou ces groupes de gens, vous ne les connaissez pas forcément mais ils facilitent la vie du Lara et règlent en douceur les problèmes quotidiens. Cette année, nous tenons à décerner un Lara d’Honneur à un groupe de personnes, nous dirons des sages, qui ont la tâche ingrate de juger, éventuellement de sévir mais avant tout de tenter d’aplanir les conflits internes au club. Que ce soit pour des comportements insultants ou violents, anti-sportifs sur ou en-dehors des terrains, la Commission de Concertation et de Discipline du Club, la CCD puisque c‘est d’elle qu’il s’agit, peut être saisie par tout membre du club qui le jugerait nécessaire. Cette Commission qui ne juge qu’en interne est composée de deux « chambres » : une chambre basse et une chambre d’appel. Mais la personne la plus à même de vous en parler est certainement son secrétaire, Thierry Geurts à qui j’ai le plaisir de remettre ce Lara d’Honneur pour TOUS LES MEMBRES DE LA CCD que nous applaudissons bien fort.

2015



Bonsoir à toutes et à tous,

Bienvenue à notre cérémonie annuelle de remise des laras d’or, la 13 ème du nom. Les laras d’or, récompense éphémère dont le choix est par essence subjectif donc pas forcément juste aux yeux de tous. Si les laras d’or récompensent le talent, l’effort, l’assiduité, la volonté, la souffrance, le dépassement de soi, ils ne récompensent pas la perfection. On peut toujours dire qu’un tel ronchonne trop sur le terrain, qu’un autre joue trop personnel, qu’une autre manque de constance ou que le comité sportif favorise tel ou tel enfant. La perfection n’existe pas. Tendre à l’excellence est une façon d’exister et c’est cela que nous récompensons surtout.
Que cette gloire d’un jour n’occulte pas non plus la réalité de demain qui sera faite d’encore plus de peine et de devoir et vouloir progresser. Rien n’est acquis. Tout reste à faire même si pour certains et certaines, le temps n’arrange pas les choses.
Ne nous y trompons pas. Si ces trophées sont toujours agréables à recevoir et s’ils ne récompensent qu’une personne ou une équipe, ils ne doivent pas non plus cacher la réalité bien plus riche de notre club. Derrière quelques noms se cachent une multitude de talents déjà bien présents ou franchement en devenir.
Alors, merci d’être là, merci de nous rendre fiers, vous les parents, les entraineurs, les coachs, administrateurs, bénévoles, arbitres, joueurs, vous mériteriez tous un lara d’or.
Merci à tous ceux qui, année après année, reprennent le flambeau de ce tournoi.
Xavier Schreinemacher, Valery Landrain, Dany Flémal, et tous ceux au montage, au démontage, en cuisine, au bar, à la table, sur les terrains et partout ailleurs, se démènent pour faire de ce tournoi un succès.
Merci aussi à la Ville de Wavre pour son soutien indéfectible représentée ce soir par Jean-Pol Hannon!
Et que dire alors de nos sponsors si impliqués et sans lesquels un club de sport comme le nôtre ne peut pas survivre aujourd’hui.

LARA D'HONNEUR

Cependant, avant de remettre les laras d’or proprement dits, nous aimerions remercier une grande dame du hockey belge

Elle a décidé de prendre sa retraite au plus haut niveau. Elle n'a peut-être pas fait sa carrière dans notre club mais c’est ici qu’elle la termine. Elle a un palmarès impressionnant. Avec beaucoup de hauts et parfois quelques petites déceptions. Olivia Bouche, puisque c’est d’elle qu’il s’agit, après des débuts au Watducks, a joué successivement à l'étranger, à Breda, avec Sophie Gierts avant de revenir à la rasante puis à Uccle sport. Après quelques saisons, elle a franchi le pas du plus haut niveau belge et s’est retrouvée dans un des plus grands clubs belges de hockey féminin, à l'Antwerp ou elle a conquis 3 titres de championne de Belgique.
En club, elle a aussi gagné 5 coupes de Belgique. Comme récompense personnelle, en 2001, Olivia a gagné le stick d'or espoir et elle est devenue 3 fois meilleure buteuse du championnat de Belgique.

Au niveau international, elle a défendu 98 fois le maillot de notre équipe nationale, participant à une multitude de tournois internationaux. Finalement, la seule grande déception de sa carrière aura été l’échec de la qualification pour les JO de Pékin à Kazan après une défaite contre les USA.

Je vous demande d’applaudir comme il se doit cette grande dame du hockey belge.
Ce fut un honneur de l’avoir un an parmi nous: OLIVIA BOUCHE

Et maintenant, place aux laras d’or.

JOUEUR DE L’ANNEE

C’est une tradition depuis quelques années, le joueur de l’année est élu par ses pairs de l’équipe première messieurs.
Vous connaissez tous l’expression « Un clou chasse l’autre ».
Succédant à son frère, lauréat l’an dernier, il a pratiquement fait l’unanimité cette saison auprès de ses partenaires.
Brillant, étincelant, imaginatif, intuitif, génial par moments, les qualificatifs ne manquent pas pour définir ce surdoué du stick qui a régalé nos yeux tout au long de la saison. Par sa technique hors norme et son culot de fin d’adolescence qui lui commande de tout oser, il a marqué cette saison de son empreinte et laissera un incroyable vide dans nos cœurs car il va nous quitter. Je ne dirai pas « malheureusement » car on ne peut qu’être heureux de le savoir s’épanouir à l’étage supérieur en division d’honneur. Et nous resterons bien sûr attentifs à son évolution. Puisse son caractère affirmé se mâtiner d’un peu de sagesse !
Devançant ses dauphins Aurel Germain et Loup Vermeeren , tous nos applaudissements pour le joueur de l’année : AUGUSTIN MEURMANS DIT « GUS »

JOUEUSE DE L’ANNEE

Grandiose. Impressionnante. Talentueuse. Voici quelques-uns des compliments auxquels elle fait régulièrement face depuis plusieurs saisons maintenant.
Cette année était pourtant loin d'être un long fleuve tranquille. Un nouveau et premier challenge en Division d'Honneur n'est jamais chose aisée. On peut alors choisir de subir ou de se battre. A l'image de toute son équipe, elle a été au charbon.
Dernier rempart contre les balles, elle a fait face aux assaillantes de tout le pays afin de défendre fièrement ses couleurs. Avec la hargne, le gnaque, la classe et l'envie. Alliant le fond et la forme, un tel concentré de qualités du haut de ses 17 ans ne peut que forcer le respect.
Cerise sur le gâteau, cette saison a également été pour elle l'occasion de mettre à son actif ses premières capes en équipe nationale A, de jouer une demi-finale de playoffs salle et de disputer une coupe d'Europe en salle en tant que première gardienne belge.
Et elle ne s'arrêtera pas en si bon chemin ! Un nouveau challenge à la hauteur de ses ambitions se dresse déjà sur sa route, car elle rejoindra l'Antwerp, champion en titre, dès la saison prochaine pour les reconduire vers un nouveau succès.
L'ensemble du Club se joint à moi pour lui souhaiter autant de joies que de réussites, toujours le sourire aux lèvres.
La route est encore longue. Nos chemins se recroiseront et nos portes resteront toujours grandes ouvertes pour elle.
Puisse-t-elle continuer à briller et à nous faire rêver.
Devançant ses dauphines Eugénie Van Hees et Alice Van Raemdonck, la joueuse de l’année est ELODIE PICARD

BOUT D’CHIQUE DE L’ANNEE

Etaient nominés dans cette catégorie : Arthur Van Erkel, Brieuc André et Tea Fortpied
Depuis 2 ans, On a pu constater ses progrès techniques. Chaque week-end, ses dribbles déstabilisent les équipes adverses. Son incessante envie de marquer des buts, sa mentalité de combattante, sa présence à tous les matchs et à tous les entrainements, son état d’esprit positif tant avec ses coéquipières qu’avec ses adversaires, font d’elle un réel espoir du hockey féminin.
Pour toutes ces raisons, le comité sportif a choisi cette ravissante demoiselle comme bout d’chique de l’année en espérant que ce prix ne sera que le premier d’une longue série qui l’amènera vers les sommets.
Bout d’chique de l’année : TEA FORTPIED

MEILLEUR ESPOIR MASCULIN

Etaient nominés dans cette catégorie : Alexis Landrain, Antoine Callewaert et Benoît Demannez
Au Lara depuis les écureuils, c'est un gamin bourré de talent et d'un niveau de jeu qui ne pourra que grimper en flèche au fil des années tant son envie d'apprendre et son écoute sont grandes. Perfectionniste, déterminé et travailleur infatigable, on pourrait se demander ce qui le motive le plus : les matchs ou les entraînements tant son engagement et son perfectionnisme restent les mêmes dans les deux cas. Très discret dans la vie de tous les jours, c’est une autre personnalité dès qu'il monte sur le terrain.
Cette petite tête brune est combative, digne de confiance et n'accepte pas la défaite. Elle fait l'unanimité auprès de ses équipiers et de son coach. On pourrait d'ailleurs remplacer équipiers par amis tant sa complicité avec eux continue en-dehors du terrain.
Meilleur espoir masculin : BENOÎT DEMANNEZ

MEILLEUR ESPOIR FEMININ

Etaient nominées dans cette catégorie : Maroussia Bossut, Elisabeth Mommens et Roxane Scutnaire
Dotée d’une technique hors norme pour son âge, possédant tous les coups du hockey, souvent bien positionnée et clairvoyante dans sa vision du jeu, la lauréate de ce soir à de qui tenir. A n’en pas douter, les gènes du hockey se sont transmis dans la famille. Le caractère aussi. Notre jeune lauréate de ce soir se pose en leader naturelle de son équipe. Pour assumer pleinement ce rôle-là, elle devra un peu plus prodiguer ses encouragements à ses équipières pas forcément aussi douées qu’elle pour réellement faire l’unanimité . C’est le seul reproche que l’on puisse lui faire. Notre club attend beaucoup d’elle. Mais le chemin est encore long.
Meilleur espoir féminin : ELISABETH MOMMENS

JEUNE JOUEUR DE L’ANNEE

Etaient nominés dans cette catégorie : Guillaume Lodomez, Mathieu Weyers et Aurel Germain
Dans une Bande dessinée célèbre, un personnage tombe tout petit dans un chaudron et avale toute la potion magique. L’histoire dit qu’il restera très fort toute sa vie.
C’est peut-être ce qui est arrivé à notre lauréat de ce soir tant son talent est grand.
Obelix sans les formes rondes, il épate les spectateurs par des gestes inouis et régale les papilles des épicuriens du hockey qui apprécient à leur juste valeur la richesse de son talent.
En plus de son talent, notre club a pu compter sur son dévouement. Scolaire par l’âge, il n’a jamais rechigné à porter main forte tant en junior qu’en équipe première où il a été appelé en fin de saison. Et avec quel brio !
Jeune joueur de l’année : MATHIEU WEYERS

JEUNE JOUEUSE DE L’ANNEE

Etaient nominées dans cette catégorie : Eugénie Van Hees, Mathilde Heymans et Alexandra Marquenie
Etre appelé en équipe première à 16 ans et se frotter illico au gratin du hockey, c’est un défi que notre lauréate de ce soir a relevé avec brio tout au long de la saison. Après quelques matchs en demi-teinte, apprentissage oblige, elle s’est rapidement révélée comme un pilier défensif de son équipe face à des adversaires chevronnées. Sa progression fut énorme dans le jeu et elle n’a fait que gagner en maturité tout au long de la saison. Impressionnante défensivement, s’imposant une discipline remarquable tant aux entraînements qu’en match, motivée jusqu’au coup de sifflet final, elle a gagné sa place de titulaire en forgeant le respect de ses équipières. Toutes nos félicitations à la jeune joueuse de l’année : EUGENIE VAN HEES

EQUIPE DE L’ANNEE - Catégorie seniors

13 matchs joués - 8 victoires, 3 nuls et seulement 2 défaites plus qu’honorables contre le watducks et sa kyrielle de joueuses de haut niveau. Pas vraiment d’obligation de résultat en début de championnat et puis, les filles se prennent au jeu et les résultats s’enchaînent avec au bout du compte, la montée l’année prochaine en division d’honneur où elles en découdront avec le gratin du hockey belge en salle, une première pour le Lara à ce niveau.
Bravo à l’équipe de l’année - catégorie seniors : LES DAMES 1 EN SALLE

EQUIPE DE L’ANNEE - Catégorie jeunes

Etaient nominées dans cette catégorie : U16Boys (salle), U11Boys, U12Girls1
Les indestructibles ! C’est comme cela qu’on devrait les appeler. Une foule de défis à relever, des matchs à couteaux tirés emportés de justesse, des injustices aussi. L’enfance qui s’en va et ce monde d’adultes qu’on découvre et qui se révèle impitoyable. Et puis, malgré la déception première d’un match gagné mais qu’on doit rejouer, on remet ça et on gagne à nouveau, en groupe. On gagne parce qu’on a du talent et des tripes. On gagne parce qu’on a un « gourou » qui donne tout ce qu’il a. On gagne parce qu’on a des parents formidables et des supporters qui se déplacent en masse et qui vous poussent à la limite de vous-mêmes. Et au bout du compte, un titre de champion de Belgique en salle.
Bravo à nos chevaliers indestructibles ! Equipe de l’année - catégorie jeune : LES U16 BOYS EN SALLE

SIFFLET D’OR

Il y a quelques années, je lui trouvais un air de vieux moine thibétain assorti d’un profil de rapace avec une démarche d’ours mal lêché. Aujourd’hui, rempli d’esprit zen que lui ont donné des décennies de méditation sur tous les terrains, il quitte l’arbitrage national, le devoir accompli.
Eh oui, tout a une fin. Même pour lui.
Peu d’entre vous le connaissent mais, pour avoir joué avec lui en mineure et cotoyé en dehors des terrains, je peux vous assurer que c’est le plus joyeux de compagnons. Ah, ce tournoi de La Baule en 2002 et ce titre de champion en mineures, il y a déjà si longtemps !
Mais trêve de nostalgie et revenons dans le vif du sujet. Il a donc œuvré comme arbitre national pour le Lara pendant une dizaine d’années, sifflé son équipe mineure le dimanche matin avant d’aller arpenter tous les terrains du royaume l’après-midi, posant son regard acéré sur le jeu et imposant par son assurance et son humour caustique, ses décisions sans appel.
Il y a quelques années, il fut à la base et à la réalisation de la course des canards sur la Dyle, n’hésitant pas à se mouiller pour la bonne cause.
Il nous a rendu tant de services inestimables et sûrement le fera-t-il encore que nous ne pouvions pas ne pas l’honorer une dernière fois.
Je vous demande un tonnerre d’applaudissements pour le sifflet d’or 2015, j’ai nommé notre « special one » : JEAN-PIERRE DECLERCQ

COACH- ENTRAINEUR DE L’ANNEE

Etaient nominées dans cette catégorie : Mathieu Michaud, Isaline Baudry et Jordi Gelabert
La Belgique : un petit pays où il pleut tout le temps et où il fait froid. Notre transfuge n’aime pas ce temps. Dès que le soleil réapparaît, son sourire communicatif s’illumine. Quand on le côtoie d’un peu plus près, plein de qualités se révèlent : la gentillesse, l’envie de progresser, la persévérance. Arrêtons-nous là. Pas de publicité gratuite. Son fan club féminin est déjà bien assez nombreux comme ça.
Une chose est certaine. Cette saison, il a tiré son groupe vers le haut en le faisant progresser dans tous les domaines. Il a mis son équipe à son diapason grâce à des directives précises dignes d’un chef d’orchestre...ou d’ingénieur du son qu’il est par ailleurs. Il a su exploiter les capacités hockeyistiques de tous.
Et en plus le Barça est en finale de la champion’s league.
Quelle fin de saison pour notre catalan, coach-entraîneur de l’année : JORDI GELABERT

ESPRIT CLUB

Elles ont toutes une famille, un mari, un compagnon, des enfants. Elles ont un job pour la plupart et doivent combiner tout cela avec leur sport.
Elles ont toutes un esprit combatif, une grande solidarité sur le terrain qui compense, pour certaines, un manque de technique et d’expérience.
Qu’elles fassent partie des ladies 1 ou 2, puisque ce sont de ces dames dont nous parlons, peu importe leurs erreurs puisque c’est leur mentalité de teigne qui importe, leur hargne et leur volonté d’en découdre.
Les ladies 1 ont terminé deuxièmes de leur championnat, avec la meilleure attaque et le meilleur goal-average de la division, ce qui est un fabuleux succès. Les ladies 2, pour leur seconde saison seulement, terminent sixièmes avec trois défaites en onze matchs.
Résultat remarquable qu’elles ne doivent qu’à elles-mêmes mais aussi, un petit peu tout de même à celles et ceux qui les ont encadrées et apporté leur expérience tout au long de la saison. Ruthie, Nathalie, Véronique, Kate et Virginie, Merci. Quant à Damien et François, accompagnateurs fidèles, ils seront encore là l’an prochain, n’en doutons pas.
Cette grande famille des ladies mérite à coup sûr le lara d’or de l’esprit club et pour recevoir leur trophée, en l’absence de Laurence Dessard qui en fut la cheville ouvrière, j’appelle Gaëlle Picault, Alexandra Wauters ou Sophie Cerveau .
Esprit Club 2015 : LES LADIES DU LARA

LARA D’HONNEUR

C’était il y a six ans déjà ! Il avait été récompensé comme personnalité de l’année et j’ai relu ce que j’avais écrit pour la circonstance. Force m’est de constater que tout le bien que je pensais déjà de lui n’a pas varié sinon en mieux.
Je vais donc changer quelques mots mais pas tous parce que ce qui a été vrai un jour l’est resté.
La personne que nous évoquons ce soir est un gentleman. Je ne parle pas des joyeux soiffards qui dépensent 10 calories le lundi soir et en reprennent 2000 une heure après. Non ! Je parle d’un vrai gentleman ! Ce monsieur, car c’en est un, l’est dans la vie, sur le terrain et pour son club. Sur le terrain, c’est un combattant, dur dans le jeu, dur au mal. Je l’ai vu prendre des coups sans une plainte, en serrant les dents. Un coach australien, au bord d’un terrain, alors qu’il venait de prendre coup sur coup deux shoots meurtriers en sortant sur PC m’a dit un jour, plein d’admiration : « C’est un rude gaillard et j’aime ça ! ». Et je crois que les Australiens savent de quoi ils parlent quand il s’agit de se faire mal.
Il a toujours donné le meilleur de lui-même dans tous les domaines où il a œuvré pour le club, ne cherchant jamais à se cacher, en restant honnête avec lui-même et avec les autres, faisant des erreurs comme tout le monde mais en les assumant. Il joue encore en mineure. Il officie pour le club en tant qu’arbitre national ou occasionnel dès qu’on a besoin d’un volontaire, il organise des formations d’arbitrage. Il s’occupe de la saison salle où il est au four et au moulin. Il est omniprésent dès qu’on a besoin d’un coup de mains où que ce soit. Il est un père attentionné et il a toutes les raisons d’être fier de sa progéniture.
Alors, même si sa modestie naturelle va en prendre un coup, c’est avec beaucoup d’émotion que nous offrons ce lara d’honneur à ce grand monsieur de la maison vert et blanc. Un tonnerre d’applaudissements pour NICOLAS PICARD.

2014



Bout d'chique de l'année

La catégorie boutchic récompense un écureuil garçons ou filles.
Sont nominés dans cette catégorie :
  • Loïc Van Engeland (EG6),
  • Felix Quarré (EG3) et
  • Louise Moumal (EF1)
Cette année note choix récompensera un garçon qui a démontré une grande vivacité balle au stick.
Des enchaînements plus rapides que lorsque Lucky Luke dégaine son révolver (pourtant plus rapide que son ombre).
En plus, cette graine de champion a trois poumons - expression sportive caractérisant un sportif infatigable.
Il se bat comme un lion sur toutes les balles. Et cerise sur le gâteau, il est positif et encourageant avec ses coéquipiers.
Loïc, tu es sur les traces d'un Augustin Meurmans. Si tu ne sais pas encore qui c'est, viens voir un match de l’équipe première et tu auras, nous l’espérons, un aperçu de ton avenir.
Bout’d’chique de l’année : Loïc Van Engeland

Meilleur espoir masculin

Sont nominés dans cette catégorie :

  • Axel Vincent (PG2),
  • Maxime Verdonck (MG2),
  • Cyril Strypstein (PG2)
Les futurs grands sont nés avec un stick dans le berceau ou sont tombés dans la marmite "potion magique hockey". Les trois nominés ont cette chance. Mais qualité essentielle pour devenir un grand, cultiver ce don par un travail journalier. Tous les trois travaillent sans relâche aux entrainements pour devenir encore plus performants. Ils essaient de motiver les autres à faire de même et détestent perdre. Oui, un vrai champion ne tolère pas la défaite. Notre choix ne fut pas facile. Le gagnant a su imposer son style au delà de son équipe en venant notamment prêter main forte à d’autres formations qu’il a aidé tant en championnat qu'en coupe de Belgique où il a dirigé le jeu en finale même si celle-ci fut perdue.
Nous attribuons le prix du meilleur espoir masculin à Cyril Strypstein

Meilleur espoir féminin

Sont nominés dans cette catégorie :

  • Eleonore Baudry (MF1) ,
  • Juliane Desille (PF2),
  • Elisabeth Mommens (MF1)
Elle vient de terminer sa deuxième saison de hockey. Deux ans de hockey, seulement! En si peu de temps, elle a montré une progression énorme et est devenue l'un des piliers dans l'équipe minimes dans laquelle elle a évolué cette année.
Si elle gagne ce prix ce soir, c'est non seulement pour récompenser cette progression remarquable, mais surtout pour souligner le fait que la combativité et la rage sont des atouts tout aussi importants que la vision de jeu ou la technique. Vouloir la balle, et la garder dans son équipe à tout prix, voilà ce en quoi cette jeune fille se démarque tout particulièrement. Sans oublier son esprit d'équipe exemplaire !
Meilleur espoir féminin: Eleonore Baudry

Jeune joueur de l'année

Sont nominés dans cette catégorie :

  • Maxime Groeteclaes (CG1),
  • Aurel Germain (JG1),
  • Nicolas Weyers (SG1)
Dans le "combat suivant" pour reprendre un terme de boxe, combat pour le titre de meilleur jeune joueur de l’année, on a affaire non pas à deux mais à trois grands combattants. Des purs-sangs du Lara avec la même ambition : « Devenir un grand, une idole des plus jeunes ». A gauche, Max. Un talent immense en devenir mais déjà récompensé par un brassard de capitaine dans son équipe, une sélection Wallonie durant deux ans et depuis 7 jours un stage avec les meilleurs en nationale. Au centre, le plus petit en taille, également capitaine de son équipe, joueur national confirmé depuis deux ans et back gauche de l'équipe première. A droite, le plus discret des trois mais le plus technique à qui on se ne sait pas prendre la balle. Un peu le Messi de notre club. Quel combat ? Trois surdoués mais un seul lauréat. Bravo à tous pour leurs performances, le niveau de jeu qu’ils ont atteint cette année mais ce jour, sans combattre avec les gants (ou plutôt le stick):
le jeune joueur de l’année est Nicolas Weyers

Jeune joueuse de l'année

Sont nominés dans cette catégorie :

  • Erin Vanderschueren (CF1),
  • Coralie Nerinckx (SF1),
  • Gloria Zuiderhoff (JF1)
Très souriante mais plutôt réservée, cette jeune fille puissante et rapide insuffle beaucoup de confiance à son équipe de part sa combativité et son envie de gagner. Jusqu’au-boutiste, elle devrait juste apprendre à lever un peu plus souvent la tête et son jeu en gagnerait encore en efficacité même si elle marque pas mal de buts. Si elle est au service de son équipe, cela ne l’empêche pas de prêter main forte à d’autres formations. S’entraînant régulièrement en dames 2 et les renforçant comme lors des barrages victorieux contre le racing, cette juniore qui ne demande qu’à progresser encore est promise à un bel avenir.
Jeune joueuse de l’année : Gloria Zuiderhoff

Meilleure équipe jeune

Sont nominés dans cette catégorie :

  • Juniors Filles 1,
  • Juniors garçons 1,
  • Preminimes G1
Avec Eliott Ligot comme coach, Nathalie Declercq à l’administration et Sébastien Mommens en support, cette équipe jeune s’est hissée en division 1 en gagnant tous ses matchs du premier tour et en n’étant battue qu’une fois au second tour. L'objectif a été plus qu’atteint.
La bonne ambiance dans l’équipe et la bonne cohésion entre les filles sont pour beaucoup dans les performances de cette formation.
Malgré le fait que la saison fut loin d’être un long fleuve tranquille quoi qu’en disent les résultats, il était juste de récompenser cette équipe qui a gardé sa détermination jusqu’au bout. Même si pour certaines joueuses, le grand bond en senior s’est déjà effectué ou se fera cette saison, elles ont fait le job comme dirait mon fils.
Meilleure équipe jeunes: Les Juniores Filles 1

C’est la tradition, le joueur et la joueuse de l’année sont désignés par leurs pairs, joueurs et joueuses des équipes fanions du club qui élisent un des leurs pour l’ensemble de la saison écoulée. Dans quelques instants, vous connaitrez les lauréats dans chacune des deux catégories mais avant toute chose, je voudrais insister sur le fait que, même si deux individualités vont sortir du lot ce soir, elles ne seraient rien sans le talent, le travail et l’esprit collectif de tout un groupe. On gagne ou on perd ensemble quel que soit son niveau personnel. J’aurai donc un coup de coeur pour Cata et ses 29 buts inscrits dont 19 de plein champ, pour Jordi, sa rage de vaincre et ses chants catalans, pour flopi, sa grande expérience et ses coups de gueule ravageurs, pour farf et son sourire, pour Gus et la désolation qu’il sème chez les adversaires et puis tous les autres issus du club ou non qui nous ont fait connaître une joie immense tout au long de la saison avec l’épilogue que l’on sait. Et c’est pareil pour les dames, pour les deux premières équipes dames devrais-je dire et là mon coup de cœur ira à une vraie grande dame, Géraldine Chardome, rappelée d’urgence en pleine saison et qui a rempilé sans broncher, se remettant à l’ouvrage pour relever un défi de plus dans sa carrière déjà si bien remplie.
Merci à vous tous et toutes pour cette fabuleuse saison !

Joueur de l'année

Pour lui, c’est l’année de la confirmation !
Déjà lauréat l’an passé, élu par ses pairs, il a une fois de plus engrangé les suffrages comme un écureuil accumule les noisettes.
Il est toujours aussi fougueux mais il est maintenant beaucoup plus régulier.
Il est devenu un meneur là où il s’appuyait encore parfois sur l’expérience des autres.
Il est souvent déterminant.
L’an passé, ses gestes techniques menaient à des exploits individuels. Aujourd’hui, ils apportent des solutions à ses partenaires. Et c’est toute la différence.
Il a mûri.
Il s’est épanoui et cela se ressent tant sur le terrain qu’en dehors.
Le masque s’est fait sourire. Le plaisir a pris la mesure de la crainte.

Vos applaudissements pour le joueur de l’année: Alex Meurmans

Joueuse de l'année

Au sein d'une équipe qui cartonne, il est toujours difficile d'arriver de sortir une joueuse qui sort du lot. Pourtant, notre élue de ce soir a indiscutablement fait l'unanimité auprès de ses coéquipières. Clé de voûte de son équipe et charnière centrale de la défense, cette joueuse donne constamment autant de la voix qu’elle ne dépense d'énergie, tant sur qu'en dehors du terrain.
Régulièrement remarquée et remarquable pour sa combativité incessante et pour ses flats redoutables, notre back centre préférée a clairement joué un rôle déterminant tout au long de la saison dans les succès de l'équipe première Dames.
Elle souhaiterait lever le pied la saison prochaine, mais nombreux sont celles et ceux qui tentent et tenteront encore de l'en dissuader.
Mesdames et messieurs, un tonnerre d'applaudissements pour la joueuse de l’année : Aurelie Verleure

Meilleure équipe senior

Sont nominés dans cette catégorie :

  • DAMES 1 ,
  • DAMES 2,
  • MESSIEURS 1
Au vu des nombreux exploits sportifs réalisés durant cette saison haute en couleurs, on pouvait clairement nommer plus d'une équipe à ce titre. Le collectif choisi ce soir aura été plus loin que l'exploit, allant même jusqu'à graver son nom dans l'histoire de notre jeune Club. Au delà de résultats impressionnants, n'encaissant que 14 buts en 24 matches et terminant à 1 point du titre de Champion de Division 1, ce groupe comporte en son sein un nombre incalculable de qualités plus séduisantes les unes que les autres. Amies plus que simples coéquipières, triomphantes plus que simples gagnantes, toutes orientées et déterminées vers un même objectif commun -et non des moindres-, ces dames ont formé un bloc victorieux de long en large qui n'a laissé que des miettes à ses adversaires, s'offrant le privilège d'accéder aux plus hautes sphères du hockey belge la saison prochaine.
Challenge de taille, comme la taille du potentiel qui repose encore dans cette équipe. Merci pour cette saison. Je leur demande ainsi qu’à leurs coachs Yannec et Valentin de venir recevoir ce trophée collectif.
Meilleur équipe seniors: L’équipe Première Dames!

Sifflet d'or

A l’ombre de son grand frère qui joue en messieurs 1 et avec lequel il s’entend à merveille,
ce charmant garçon réservé et peu expansif en apparence cache une personnalité plus qu’attachante en dehors des terrains.
Doté d’une culture générale au-dessus de la moyenne, pince-sans-rire à ses heures, cette pépite de 18 ans que nous nous devons de chérir sur le terrain puisqu’il joue en juniors 1 se double d’un arbitre hors pair. 1 an et demi de pratique, une assurance hors du commun, une parfaite connaissance des règles, un dégoût absolu de l’injustice ont fait de ce faux calme un arbitre national respecté qui officie dans les catégories jeunes avant, et nous l’espérons tous, de le voir officier au plus haut niveau.
C’est toujours un plaisir de se faire arbitrer par notre sifflet d’or 2014:Lewis Oostveen

Entraîneur/Coach de l'année

Sont nominés dans cette catégorie :

  • Yannec Vermeeren (Dames1),
  • Manu Van Hees (SF1),
  • Thibault Vincent (SG1)

Coach de l'année ou chef d'orchestre ? N'est-ce pas un peu synonyme ? La fonction de chef d’orchestre (comme celle de coach) implique de nombreuses compétences. Des qualités techniques : le chef travaille la gestion collective et élabore une tactique pour le match que l'équipe doit jouer comme le fait le musicien avec sa musique. À la personnalité et au charisme s’ajoutent des compétences d’organisation et de gestion pour fédérer, communiquer et travailler avec ses joueurs tous virtuoses de la balle. La musique qui est produite par les grands orchestres fait vibrer les oreilles de bonheur. Au hockey c'est notre coeur qui vibre lors des actions endiablées de nos jeunes. Cette année, un coach a démontré tous ses talents de chef d'orchestre. Il était nouveau dans le club mais il l’a tellement aimé qu'il a décidé en plus d'être chef d'orchestre de jouer lui même de son instrument préféré (son stick) et dès lors de défendre nos couleurs l’an prochain.
Entraîneur/coach de l’année: Thibault Vincent

Esprit de Club

Une fois de plus beaucoup de personnes au sein du club mériteraient cette récompense.
Nombreux d'entre nous passent énormément de temps pour faire en sorte
que le club de Lara tourne convenablement et reste familial, convivial et aussi compétitif.
Cette saison, nous avons décidé de mettre à l'honneur une personne jeune mais pourtant très présente au Lara depuis plus de dix ans. Cette demoiselle, qui a fait toutes ses classes dans notre club, depuis les écureuils jusqu'en équipe première, passe en moyenne 18 heures par semaine sur un terrain de hockey, arborant un large sourire car c'est là qu'elle se sent le mieux. Elle entraîne les mercredis après-midi et les vendredis... en fonctions de la demande...
Elle joue en dames et complète parfois l'équipe juniors si nécessaire, elle est arbitre nationale et aussi fidèle supportrice de nos équipes messieurs, dames 2, juniors et scolaires.Cette saison fut pour elle, la plus intense de sa jeune carrière car en plus d'avoir participé à la montée des Dames 1 en division d'Honneur, et avec quel talent, elle a aussi joué la Coupe d'Europe en salle avec l'équipe Belge des Red Foxes en Lituanie et participé activement à la qualification de la Belgique pour les championnat de Monde l'année prochaine. Tout ceci lui a valu de nombreuses propositions d'autres grands clubs de DH, mais elle a décliné toutes ces offres car, avant tout, elle est une enfant du LARA, et nous l'espérons tous, elle y restera le plus longtemps possible, pour le plus grand bonheur de tous ses supporters.
Le Lara de l’esprit club est attribué cette année à Elodie Picard

Lara d'Honneur

Lui, c’est mon vieux complice !
C’est plus que ca !
C’est mon confident !
C’est le témoin de toutes mes joies et de toutes mes peines depuis que ce club existe !
Cela fait 17 ans !
C’est devenu mon ami !
Ce devrait être l’ami de tous parce que, définitivement, c’est un type bien !
Depuis que notre club existe, des origines obscures du Hockey Club La Raquette jusqu’aux heures glorieuses du Lara Hockey Club Wavre que nous connaissons aujourd’hui, il a toujours été là !
Il a tout fait, sauf jouer au hockey et faire partie du conseil d’administration. Sa modestie et son dédain à se mettre en avant l’en ont certainement empêché.
Je sais que nous le mettons mal à l’aise en l’honorant aujourd’hui mais pourtant nous lui devons cette part de notre gloire qui est aussi la sienne.
Je ne peux vous citer en détail les innombrables jours qu’il a passé à œuvrer pour le club, la sueur qu’il y a laissée, l’investissement personnel et humain qu’il a dépensé sans compter et sans espoir de retour, sans se plaindre, sans jamais faire valoir un quelconque droit.
Si, aujourd’hui, notre club est un arbre solide avec sa ramure imposante qui donne les fruits que sont vos enfants, c’est sur des racines comme lui qu’il s’appuie.
Je suis particulièrement ému…nous sommes particulièrement émus de remettre:
ce lara d’honneur à ce grand monsieur du club qu’est Henri Fievet

2013



Bonsoir à tous,

Bienvenue à notre cérémonie annuelle de remise des laras d’or, la 11 ème du nom.
Comme je le dis chaque année, les laras d’or sont avant tout issus d’un choix guidé par l’émotion, un choix pas toujours objectif et forcément injuste pour certains, justifié pour d’autres. Ces laras d’or récompensent le talent, l’effort, l’assiduité, la volonté, la souffrance, le dépassement de soi.

Mais ne nous y trompons pas. Si ces trophées sont toujours agréables à recevoir, la plus belle récompense des qualités précitées n’est pas ce que celles-ci nous permettent de gagner mais ce qu’elles nous permettent de devenir.

Et pour nous qui décernons chaque année ces récompenses, nos laras d’or à nous, c’est vous. Notre trophée à nous, c’est de vous voir évoluer, progresser, vous épanouir, devenir ou continuer d’être des hommes et des femmes bien dans leur corps et dans leur tête, forger des amitiés, se battre sur un terrain les uns pour les autres, former un grand corps solidaire qu’on appelle le LARA.

Alors, avant de remettre les trophées proprement dits, et afin de n’oublier personne, je tiens à vous remercier toutes et tous pour la pierre petite ou grande que vous avez ajoutée, chacun à votre manière, à l’édifice, malgré vos différences, malgré vos divergences. Parents, entraineurs, coachs, administrateurs, bénévoles, arbitres, joueurs, vous méritez bien des éloges pour les heures passées, pour les problèmes que vous avez du surmonter, pour les frictions et les discussions parfois acerbes que vous avez du endurer. Quel moteur peut bien vous pousser à poursuivre l’aventure sinon l’amour de ce club, l’amour de ce sport et celui de vos enfants.
Merci la Ville de Wavre pour votre soutien jamais démenti !

Et puis quelques félicitations plus particulières :
Commençons par Elodie Picard et Lewis Oostveen pour leur apport ô combien précieux à l’arbitrage. Puisse leur exemple éveiller d’autres vocations. Nous aurons, dans les années à venir, désespérément besoin d’arbitres jeunes.

Félicitations aux dames 3. Encore championnes pour la troisième année consécutive, nos « baronnes » représentent à leur façon ce que fut le passé du club, son présent et, n’en doutons pas, son avenir. Increvables, immortelles, indestructibles, les superlatifs manquent pour définir ces fantastiques compétitrices sur lesquelles les années ne semblent pas avoir de prise. Et n’oublions pas d’unir leur coach Greg Léonard dans le même éloge.

Merci à tous ceux qui, année après année, reprennent le flambeau de ce tournoi.
Xavier Schreinemacher, Valery Landrain, Daniel Nesse, Denis Van Hees, Dany Flémal, Raoul Delid et tous ceux qui se démènent pour faire de ce tournoi un succès.
Merci à Carine, Kate, Marcel, Jenny qui permettent au club-house de rester ouvert un maximum de temps.

Merci à Marylène pour sa disponibilité et sa gentillesse, elle, la reine du lara shop.

Mais maintenant, place aux laras d’or.

Meilleur jeune garçon : Loic Verwilghen

On recherche le texte...sorry!

Meilleure jeune fille : Coralie Nerincx

Cachée derrière une frimousse parsemée de taches de rousseur, notre meilleure jeune fille de l’année occupe la place de stoppeur. Ou devrais-je dire stoppeuse ?
Joueuse puissante pour sa catégorie, elle bénéficie d’un entraîneur physique particulier dans le chef de son frère, joueur de rugby.
Précise et précieuse sur le terrain, joueuse aux raclettes parfaites, elle cumule sa passion pour le hockey avec la danse et les guides.
Sur le plan du caractère, cette jeune fille s’entend à merveille avec ses partenaires et ses entraîneurs.
Si je vous dis que ses copines l’appellent « Co », vous aurez compris.
Le Lara d’Or de la meilleure jeune fille de l’année est décerné à Coralie Nerincx.

Meilleur espoir masculin : Victor Weyers

Cette année, nous avons voulu mettre à l’honneur un jeune joueur qui depuis son arrivée au Lara, nous montre non seulement excellente qualité de jeu mais surtout un esprit d’équipe formidable et une capacité de fédérer une équipe. Il nous offre, à chaque rencontre, la démonstration que respect de l’adversaire, combativité et esprit de groupe sont des valeurs clés de notre sport. Nous le félicitons et le remercions : Victor Weyers.

Meilleur espoir féminin : Luna De Chaffoy

Elle est complètement investie dans ses matchs et aussi aux entrainements.Elle fonce tête baissée sur chaque balle. Si elle perd la balle, elle va lutter encore et encore pour la récupérer.Forte présence sur le terrain de part son excellente défense qu’elle organise à sa mode.
Elle donne ses ordres à ses coéquipières afin de gérer au mieux son espace « défense ». Gare à celle qui ne l’écoute pas !
Une vision du jeu à toute épreuve, une concentration hors norme, une combativité exemplaire, une battante … une vraie.
Elle possède une puissance de shoot que beaucoup de filles pourraient envier. Ne soyez pas dans son chemin quand elle tire ! Ca fait mal !
Elle a un an de moins que ses coéquipières mais cela ne se ressent pas du tout dans son jeu.
De père en fille et de mère en fille et de frère en sœur …. La hockey c’est LA passion familiale mais c’est aussi LA passion de notre meilleur espoir féminin : Luna de Chaffoy.

Bout d’chique de l’année : Juliette Verdonck

Cette année, c'est du côté de la filière fille qu'il faut aller pour découvrir qui remporte le Lara d'Or dans la catégorie des "tout petits". Pourtant, on pourrait dire en paraphrasant une publicité pour une marque bien connue qu'elle a tout d'une grande. Elle possède en tout cas, une sacré dose d'ingrédients que l'on retrouve chez les grandes. Toujours très souriante: C'est un trait de caractère important pour une grande joueuse, ça s'appelle gérer son marketing.
Très rapide, signe d'un grand potentiel physique. Mais ce n'est pas tout. Non contente de posséder déjà cette qualité de rapidité, elle possède une autre perle précieuse. Elle est naturellement très douée techniquement. Les deux éléments forment alors un mélange détonnant qui a fait exploser plus d'une défense adverse cette saison tant en extérieure qu'en salle. Véritable graine de champions donc, mais bon quand vous saurez qui c'est et qui sont ses parents vous comprendrez qu'il y a sans doute un caractère héréditaire imprimé dans ses gênes...
Elle a également su cette saison apprendre à se mettre au service de ses équipières et a à l'image de l'ensemble de son équipe montré une belle progression dans la structure de jeux.
Encore quelques indices: la plupart du temps cheveux au vent, vous ne voyez toujours pas? Elle est blonde et rayonnante.
Mesdames, Messieurs le Lara d'Or du Boutchic va à : Juliette Verdonck

Coach – entraîneur de l’année : Aurélie Verleure (CF1)

Cet entraîneur mériterait le prix Nobel de la communication verbale sur et au bord d’un terrain .
Si vous entendez quelqu’un crier des consignes, encourager, féliciter, rectifier le placement d’un partenaire ou d’une joueuse, … c’est souvent elle.
Verbalement, elle est inépuisable. Et pour le plus grand bien et la joie de toutes.
Arrivée il y a peu au Club, elle s’est tout de suite intégrée à son groupe. Back gauche de référence, c’est à ce poste qu’elle observe et dirige souvent la manœuvre de ses coéquipières.
Mais ce n’est pas comme joueuse que nous l’honorons aujourd’hui.
Même s’il n’a manqué qu’un cheveu à son groupe pour se maintenir en Div 1, le travail réalisé force le respect. Elle a tiré vers le haut le groupe de demoiselles qu’elle entraînait, a insufflé de la rigueur et de la discipline, a structuré le jeu et a haussé le niveau technique de chacune de ses joueuses.
Récente propriétaire terrienne, passionnée de danse (nous espérons pouvoir avoir une petite démonstration ce soir), compagne d’un joueur de foot, nous appelons Aurélie Verleure pour recevoir le Lara d’Or de l’entraîneur de l’année.

Equipe jeunes : Minimes Garçons 1

Après avoir mérité une 3ième place en Nationale 1, ils ont eu le plaisir de joueur leur play-offs à eux contre la fine fleur des équipes belges.
Poussé par leur coach d’une façon de maître et par des supporters fanatiques toujours présents ils ont réussi à terminer au sommet de la compétition.
Ils ont même réussi à assumer leur rôle de favoris lors de leur premier tournoi la semaine passée en battant les Dragons en finale.
Chers amis, la relève est bel et bien là.
Je vous demande d’applaudir fortement nos Minimes1, équipe jeune de l’année!

Equipe adultes : Dames 2

Dans une grande famille, les enfants les plus jeunes aspirent à devenir grands et prennent exemple sur leurs aînés. Et puis un jour, les grands frères ou les grandes sœurs quittent le nid familial et ce sont eux qui deviennent les grands.
Il en va de même à Lara ou des jeunes se préparent à assurer la relève.
Ces joueurs, ou devrais-je dire plutôt ces joueuses, sont rassemblées dans une sorte d’équipe réserve de notre équipe première. Là, entourées de chevronnées, toutes travaillent sous les ordres d’un entraîneur compétent, patient et à l’écoute, dans l’ombre des grandes.
Elles travaillent si bien que leurs résultats dans la division qu’elles occupent sont remarquables.
Cette équipe termine en effet le championnat à la 3ème place.
Mais outre cet excellent résultat, c’est surtout le travail de fond qui est à mettre en avant.
Plusieurs de ses membres ont déjà répondu présentes quand il a fallut remplacer des absentes ou des blessées en équipe 1ère.
Félicitons donc l’équipe Dames 2 qui emporte le Lara d’Or de l’équipe adulte de l’année.

Joueur de l’année : Alex Meurmans

Comme chaque année, le joueur et la joueuse de l’Année sont élus par leurs pairs parmi les deux équipes élites du club à savoir les messieurs 1 et les dames 1.
Chez les messieurs, le lauréat de ce soir fait l’unanimité ou presque. 18 votants sur 22 lui ont donné leur suffrage.
Il est jeune, fougueux, hargneux parfois. Doté d’une technique impressionnante, souvent imprévisible dans ses dribbles, sachant rester calme en zone de conclusion ce qui lui a permis de marquer à de nombreuses reprises cette saison, il a incroyablement progressé en maturité, en calme et en régularité. Là où l’an passé encore, il pouvait sortir de son match ou perdre son sang-froid, il reste aujourd’hui de glace et on peut y voir là la marque de son coach, Pieter Theuniers.
Sa froideur apparente cache un garçon réservé qui prend petit à petit sa place parmi les grands. Il est l’illustration parfaite de ces jeunes formés chez nous et qui ont encore une marge de progression énorme.
Vos applaudissements pour le joueur de l’année : Alex Meurmans

Joueuse de l’année : Elodie Picard

On pourrait dire d’elle que son talent est inversement proportionnel à sa taille.
Elle fait partie du grand cru de jeunes joueuses qui s’est vu intégrer le noyau des Dames à plein temps en ce début de saison.
Après avoir brillé en équipes jeunes pendant plusieurs années, voilà qu’elle fait maintenant les beaux jours de l’équipe première avec classe et décontraction, confiance et régularité.
Dernier rempart de son équipe, elle peut d’ailleurs se targuer d’avoir ardument travaillé cette saison avec ses coéquipières pour faire de sa défense la meilleure de la division 1 Dames.
Comme si ce point d’excellence ne suffisait pas, elle marque également des strokes en coupe, vexe ses entraineurs en arrêtant leurs tirs et a énormément de qualités qui lui permettraient d’évoluer dans le jeu...
Point d’honneur de cette polyvalence, cette petite demoiselle toujours souriante et positive est également une arbitre nationale depuis quelques temps et exerce avec brio cette passion qu’on soupçonnerait étrangement d’avoir été transmise par son papa.
En inspirant une telle confiance au sein de son équipe, qui l’a d’ailleurs choisie à la quasi-unanimité, elle ne pouvait que décrocher ce prix.
Mesdames et messieurs, si vous ne l’avez pas encore reconnue, veuillez faire un tonnerre d’applaudissement pour la Gardienne de l’équipe première Dames : Elodie Picard !

Meilleur arrivée : Pieter Theuniers (messieurs 1)

Cette année, dans la catégorie de la meilleure arrivée au club, le choix était indiscutable et indiscuté.
Son indéniable volonté de faire progresser les jeunes correspondaient en tous points à la politique sportive du club.
Tel un pilote de formule 1 , il n’a de cesse de faire vouloir progresser son bolide. En un mot son équipe.
Travailleur infatigable, une session d’entrainement avec lui dure parfois plus de 3h00, perfectionniste jusqu’au bout des ongles, il ne veut rien laisser au hasard pour atteindre son but.
Le contraste qu’il a rencontré ici avec son expérience de joueur de division d’honneur qu’il fut et coach de DH, le perturbe et le ronge. Je le sais car il m’en a fait part.
Il est certain qu’avec lui à bord le Lara devra obtenir rapidement un autre statut. Il l’exige et nous le voulons. Nous lui mettrons les moyens à disposition.
Merci d’accueillir comme il se doit, la meilleure arrivée au Lara pour cette saison, j’ai nommé Pieter Theuniers.

2012



Bonsoir, Bienvenue à vous tous à cette cérémonie annuelle de remise des laras d'or.

La 10 ème du nom. Changement radical cette année avec de nouveaux trophées mais moins de catégories représentées. Certaines d'entre elles réapparaîtront au fil des ans mais sans obligation d'être systématiquement décernées.

Cela ne nous empêche pas , dès à présent, de féliciter les meilleurs buteurs des équipes messieurs et dames du club : Laurent Mertens en messieurs 1, Greg Léonard en Messieurs 3 Stéphany Poilvache en Dames 5, Camille Van Laer en Dames 1, Louise Piron en Dames 2.

Cela ne nous dispense pas non plus de remercier nos arbitres tant nationaux que bénévoles qui ont œuvré sur tous les terrains tout au long de cette saison. Ni les coachs tant administratifs que de terrain, ni les entraîneurs, ni les parents, ni les bénévoles. Comme je le dis chaque année ou presque, vous êtes si nombreux à mériter un lara d'or.

Alors, place aux laras d'or

Joueur de l'année : BASTIEN NESSE

Comme chaque année, le joueur et la joueuse de l'Année sont élus par leurs pairs parmi les deux équipes élites du club à savoir messieurs 1 et dames 1. Pour les messieurs, la lutte s'est circonscrite entre trois joueurs qui ont marqué la saison de leur empreinte : Laurent Balon-Perin, Bastien Nesse et Loup Vermeeren. Comme tous les joueurs, le lauréat de ce soir a connu des hauts et des bas cette saison mais n'a eu de cesse de se remettre en question. Rarement pris en défaut de combativité, positif en toutes circonstances, coéquipier exemplaire, il a finalement obtenu la juste récompense de quinze longues années de travail, d'engagement, de renoncement à d'autres sirènes qui l'appelaient parce que, d'abord, le Lara Hockey Club Wavre, au départ, dans les années héroïques, c'est notamment lui. Il fait partie des membres du début. Il a fait toutes ses classes chez nous. C'est un chouette type, sur et en dehors des terrains. C'est Baba. Joueur de l'année : Bastien Nesse.

Joueuse de l'année : ELEONORE GREGOIRE

Comme pour les hommes, elle a été élue par ses pairs. Cette jeune fille d'apparence effacée, timide et réservée trouve toute sa mesure sur un terrain de hockey. Dotée d'une condition physique hors normes, « quatre poumons » pourrait être son surnom. Faisant l'unanimité autour d'elle tant chez ses coéquipières que dans le club qui l'a formée, c'est réellement une « clubwoman » et pourtant, Dieu sait si elle est courtisée. C'est avec infiniment de plaisir que nous offrons ce soir le lara d'or de la joueuse de l'année à ce petit bout de femme si grand par son talent . Vos applaudissements nourris à Eléonore Grégoire.

Jeune joueur de l'année : MATHIEU LAMBY (SG)

Nominés : Mathieu Weyers (CG), Mathieu Lamby (SG), Alexandre Meurmans(JG).

Ses coéquipiers ont pu le voir à sa barbe. Cette année, comme pour le poussin dans son oeuf, nous avons assisté à une éclosion. Ses accélérations combinées à une technique maîtrisée ont dérouté ses adversaires. Rapide comme lucky luke ! Cerise sur le gâteau, en fin de saison, son coach a enfin compris où était sa meilleure place sur le terrain: attaquant. Là, en plus de déstabiliser ses adversaires, il fait comprendre toute sa douleur au gardien adverse qui peut déjà regarder dans ses filets où se trouve la balle. Bravo pour cette magnifique saison. Et si Alex Meurmans pour son engagement total pour le club et Mathieu Weyers sont tous deux dignes d'éloges, le lara d'or du jeune joueur de l'année, c'est Mathieu Lamby.

Jeune joueuse de l'année :VALENTINE MEURMANS (CF)

Nominées : Valentine Meurmans (CF), Eugénie Van Hees (CF), Elodie Picard (SF), Coralie Nerincx (CF).

Motivée, elle travaille consciencieusement aux entraînements en y mettant une excellente concentration et une écoute attentive de son entraîneuse. Mine de rien, malgré un physique encore frêle, elle a su s'imposer sur grand terrain face, parfois, à des molosses. Sa technique, un don familial, et son mental l'ont permis de marquer son territoire : le flanc droit. Ses accélérations ont dérouté plus d'une défense adverse. On se demandait : "comment ce petit bout de fille va-t-il aussi vite ?" et en plus, impossible de lui prendre la balle. Nous espérons que ce Lara d'or lui donnera encore plus de force et d'envie pour continuer à développer une de ses passions : le hockey. Bravo à Valentine Meurmans.

Espoir jeune de l'année catégorie Garçons : THEO MARICHAL (MG)

Nominés : Théo Marichal (MG), Maxime Groeteclaes(MG), Louis Depelsenaire(PMG).

C'est un grand distrait, toujours en retard. C'est aussi un joueur complet, distributeur hors pair, doté d'un dribble très court dont il n'abuse pas. Finisseur à ses heures grâce notamment à un solide shoot tant en coup droit qu'en revers, ce petit blond plein d'avenir, malgré de grands progrès cette année, a encore une belle marge de manœuvre. Toujours à l'écoute de son coach, ce jeune prometteur se double d'un garçon charmant qui a un énorme capital « sympathie » auprès de ses coéquipiers. Tous nos vœux de bonne continuation vont à Théo Marichal, espoir jeune dans la catégorie garçons.

Espoir jeune de l'année catégorie Filles : VICTOIRE PONCELET (PMF)

Nominées :Victoire Poncelet (PMF), Fanny Houziaux(MF), Luna De Chaffoy (MF).

Petite puce très discrète qui maîtrise sa balle avec une grande dextérité, cette jeune fille a montré à maintes reprises un esprit d'équipe extraordinaire, mettant son talent au service de toutes ses équipières. En progrès constant, nous sommes très heureux d'offrir à Victoire Poncelet le lara d'or de l'espoir jeunes féminin.

Bout'd'chique de l'Année : ALEXANDRE TARDIEU (EG)

Nominés :Alexandre Tardieu (EG), Axel Vincent (EG), Juliette Baudry (EF)

Chaque année, nous tenons à récompenser un tout jeune joueur qui symbolise les valeurs prônées par notre club : travail, passion du "vert", écoute, respect. Les trois nominés ont merveilleusement véhiculé ces valeurs. Une des trois nous a marqué par son dépassement. Il va jusqu'au bout de lui même. Il se bat sur toutes les balles. Il ne s'arrête jamais de courir. Il la veut, cette petite balle blanche. Il est venu toute l'année le vendredi s'entraîner avec des plus grands où il a montré son talent. Cette combativité sans faille, alliée à une envie exponentielle sont les armes du dénommé Alexandre Tardieu. Tous nos applaudissements pour notre bout'd'chique de l'année.

Coach-Entraîneur de l'année : PAWEL JAKUBIAK

Nominés : Pawel Jakubiak (JG1), Nolwenn De Sonis(CF1), Christopher Oostveen (SG2)

Il a marqué ces cinq dernières années de sa présence imposante. Bâti comme un chêne, c'est un battant sur le terrain. Il a beaucoup de choses à transmettre, beaucoup d'expérience à partager. Les jeux olympiques, il connait. Sydney 2000, il y était ! Seule la barrière de la langue l'a freiné dans les premiers temps. Et pourtant, ce n'était pas l'envie qui lui manquait. Cette année, il coachait les juniors avec pour objectif de les faire monter en division 1. Challenge réussi ! Avec comme toujours chez lui, cette grande modestie, cette force tranquille et cette gentillesse jamais démentie ! C'est un grand monsieur que nous récompensons ce soir ! Pawel Jakubiak, viens donc nous faire profiter de tes progrès en français !

Equipe de l'année Catégorie Jeunes : SCOLAIRES FILLES 1

Nominés :Scolaires filles 1, cadets garçons 1 salle, juniors garçons.

Après être montées CF1 l'an passé, elles ont frisé la perfection cette saison. N'essuyant qu'une défaite en championnat contre le Braxgata, finissant 2ème avec 25 points dans la poule montante permettant à nouveau d'hisser une équipe de Lara en D1. Parcours exemplaire en salle également où elles parvinrent à se hisser en finale. Mais pour construire une équipe qui forge de tels résultats, il ne suffit pas seulement de s'entraîner. Il faut un team spirit qui ne s'acquiert qu'au fur et à mesure des entrainements, des différentes activités organisées et des nombreuses épreuves rencontrées. En effet, avant d'être 15 joueuses, ce sont 15 copines qui se battent sur le terrain, 15 caractères tous fort différents mais c'est avant tout un bloc solidaire. Ce groupe possédant un énorme potentiel de progression ne nous a pas seulement épaté tout au long de l'année par ses talents individuels mais aussi et surtout par son talent collectif concrétisé par un fond de jeu tout simplement superbe à certains moments. Nous ne pouvons au vu de leurs prestations, que les féliciter pour le travail accompli et les encourager à persévérer dans leurs jeunes carrières très prometteuses ! Je demande à leur capitaine Isaline Baudry de venir chercher le Lara d'or de l'équipe de l'Année catégories jeunes pour les Scolaires Filles 1

Equipe de l'année Catégorie Seniors : DAMES 3

Nominés : Dames 3, Dames 1, Messieurs mineures.

Yeapp ... Come on .... Allez les filles..... Voici résumé de façon quelque peu satirique le coaching pour les « malentendants » appliqué par le grand « communicateur »...gestuel qu'est le coach de l'équipe lauréate de ce soir! Telle est sa stratégie inexplicable... et inexpliquée par ailleurs. Peut-être leur statut de « baronnes » leur donne-il le droit de ne pas être dérangées en permanence par de savantes tactiques compliquées. Attila lui-même aurait pu mettre un place un système de jeu qui leur aurait parfaitement convenu cette saison. En résumé : On observe l'ennemi pendant 30 secondes, on le pulvérise pendant 69 minutes et 30 secondes et on remet ça la semaine d'après. Simple, efficace, sans bavures ! Avec 22 victoires cette saison, 66 points sur 66, 152 goals pour, 4 goals contre, il n'y a pas grand-chose à ajouter à leur tableau de chasse. Pour rappel, après une montée de D3 en D2 l'année passée, aidées par le noyau qui constitue cette équipe cette année, elles ont cédé leur place aux jeunes gazelles, et sont redescendues de leur plein gré en division 5.Voici qu'elles remontent en D4 en un an , ce qui leur permettra de produire un jeu un peu plus à leur niveau, et pourquoi pas, viser une remontée en D3. Elles l'ont fait en gardant leur bonne humeur, sans se prendre la tête, et sans vague, en intégrant parfois des ladies, parfois des plus jeunes. Ces grandes dames, pour la plupart mamans de jeunes joueurs et joueuses ou non, impliquées dans la vie du Club, ont démontré qu'il existe encore à Lara des valeurs que nous tentons de véhiculer depuis les débuts du Club. C'est un réel bonheur de pouvoir compter sur ce type d'équipe dans notre Club, et nous leur en sommes reconnaissants. Merci à Anne, Nat, Ruthie, Juju, Elke, Ninie, Valou, Bichke, Marie, Tineke, Sophie, Carine.. et toutes les autres. Le lara d'or de la meilleure équipe senior de l'Année va aux Dames 3 et j'appelle pour le recevoir sa capitaine Anne Watteyne et leur coach Greg Léonard.

Meilleure arrivée de l'année : VINCENT GROETECLAES (CA)

Nominés : Vincent Groeteclaes(CA), Lara Fels (CF), Joachim Wauthelet (SG).

Vincent n'est pas un bleu du club mais il a intégré le CA cette année, imprimant d'emblée sa patte, son esprit critique et pointu, mettant un doigt acéré là où les autres feraient un crochet prudent. Les problèmes quotidiens et fréquents du club, les entourloupes, les compromis, c'est sa spécialité. Cet homme est précieux. Son avis pertinent nous permet de prendre les bonnes décisions quant à l'avenir de notre club. Nous espérons de tout cœur que ce ne sera pas un feu de paille car la route est longue et parsemée d'embûches. Je vous prie d'accueillir sous vos applaudissements « Maître » Vincent Groeteclaes.

Esprit club-Personnalité de l'Année : XAVIER SCHREINEMACHER

Lors de ma première entrée dans le club-house, j'ai croisé son regard oscillant en levant la tête. Du haut de son mètre nonante et des grandes poussières, il n'a jamais changé d'avis quant à l'ambiance du club qu'il voulait fréquenter. Ses motivations ont toujours été convivialité, rire, bonne humeur et amusement. Le hockey est pour lui ce qu'il devrait toujours être : un plaisir. Cheville ouvrière de la section « gentlemen », il s'avère être un remplaçant hors-pair quand Manu n'est pas là aux fourneaux. Arbitre intransigeant pour faire respecter les règles du jeu, coach administratif, seul Hollandais du club, et on n'en fera pas un élevage, je vous le dis tout de suite, il est le seul à faire dépenser des fortunes au club à ses compatriotes. Un exploit ! Tous nos applaudissements pour 112 kilos de bonne humeur.

Personnalité de l'année : Xavier Schreinemacher

Lara d'honneur : THIERRY BARAL

D'une discrétion presque maladive mais d'une disponibilité de tous les instants, vous pouvez toujours compter sur lui dans les bons et les moins bons moments. « Non » ne fait pas partie de son vocabulaire même quand il s'agit de boire un verre avec ses potes. Et il ne compte que ça dans le club. Encore cette semaine, il nous a prouvé son grand cœur mettant un de ses employés à notre disposition pour l'avancement de cette belle fête des 15 ans de son « Lara ». Gentleman,, manager, cuiseur de saucisses, déménageur, monteur, cheville ouvrière du club depuis tant d'années, jamais en surchauffe ce qui est un comble dans sa profession, il était grand temps de reconnaître ses mérites. Nous décernons ce soir un lara d'honneur pour toutes ces merveilleuses années passées en sa compagnie à Thierry Baral.

2011



2011

Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs, chers amis du Lara Hockey Club Wavre, Bonsoir !

 Ce samedi soir de notre 11e Tournoi des Jeunes, c’est à la 9ème remise des Laras d’or que vous êtes conviés.

Cette fête, car c’en est une, est avant tout la vôtre. C’est aussi et surtout l’occasion de vous manifester la reconnaissance que vous méritez pour ce que vous faites, pour ce que vous êtes, chacun dans la mesure de son temps et de ses moyens. Car un club n’est fort que par la vitalité des membres qui le composent, tous ses membres.

Un club ne cesse de grandir et de progresser que s’il peut compter sans compter sur le dévouement de chacun. Notre club aura bientôt 15 ans d’existence et il ne s’arrêtera pas en si bon chemin.

Certes, l’organisation « bon enfant » qui prédominait à sa naissance, a fait place à une structure d’où disparaissent progressivement les mots « amateur », « improvisation » ou « bon à tout faire » pour faire place à un ensemble structuré où chacun a un rôle plus défini et en rapport avec ses compétences.

Le bout du chemin n’est pas en vue.

Il ne le sera jamais car nous n’aurons de cesse d’avancer à la recherche d’une absolue perfection qui n’existe pas. Nous devrons gommer nos erreurs mais nous en ferons d’autres assurément. Mais bien plus que mettre l’accent sur ces erreurs, il importe aujourd’hui d’insister sur nos réalisations et de remercier ceux et celles qui s’y sont employés tant d’un point de vue sportif qu’extra-sportif.

Comme je vous le disais l’an passé, le talent et le travail appellent une certaine forme de reconnaissance. Et c’est donc de cela qu’il sera question une fois de plus ce soir.

Alors, place aux Laras d’Or…

Comme de coutume, nous commencerons par les meilleurs buteurs et buteuses de la saison et cette année encore, il faut aller les chercher dans les équipes phares du club. Commençons par le meilleur buteur

MEILLEUR BUTEUR : GABY GARRETA

L’équipe première messieurs n’a certes pas brillé de mille feux cette année ou alors, par à-coups et elle fera tout, demain sur le coup de 18h, pour se maintenir en Division 1. Pour jouer à un rythme plus élevé que l’année précédente, les messieurs ont pu compter cette année sur un joueur qui venait en droite ligne du Racing. Pour lui non plus, ce ne fut pas facile. Les responsabilités qui lui incombaient, le fait de jouer dans un noyau inconnu, parfois à une place qui ne lui était pas familière, n’ont pas fait de sa saison un long fleuve tranquille comme on aurait pu s’y attendre. Pourtant, ce technicien de haute volée, au dribble insaisissable, l’air de ne pas y toucher, a tout de même inscrit 18 buts cette année et délivré une bonne douzaine d’assists ce qui en fait le meilleur buteur de la saison. Tous vos applaudissements vont à Gaby Garreta

MEILLEURE BUTEUSE : GERALDINE CHARDOME

C’est la troisième année consécutivement qu’elle obtient le titre de meilleure buteuse. Avec 25 buts cette saison, toutes compétitions et catégories confondues, on imagine mal que cette grande dame du hockey qui a eu la bonne idée de rejoindre le Lara il y a trois ans, puisse un jour arrêter. On ne parle pas de l’âge des dames. Mais on peut parler de leur expérience. Et la sienne est immense. Combativité, puissance, vitesse et redoutable efficacité en zone de conclusion, tels sont les atouts de cette élégante maman qui s’investit de plus dans l’entraînement et le coaching de nos enfants. Vous l’avez reconnue bien sûr. C’est un grand classique des Laras d’Or. Meilleure buteuse de l’année : Géraldine Chardome

JOUEUR DE L’ANNEE : LAURENT BALON-PERIN

Pour la deuxième fois d’affilée, ses pairs l’ont désigné comme joueur de l’année. C’est révélateur d’une constance au fil du temps et d’une régularité dans les performances et dans le talent. Défenseur intransigeant, physique, dur au contact, malin comme pas deux, sachant faire quand il faut et dans les limites du raisonnable, bien sûr, la faute dite « nécessaire », excellent relanceur, jamais avare de conseils aux plus jeunes, il précède de justesse Sébastien Demeyere au niveau des votes. Le joueur de l’année, c’est à nouveau Baby Face Killer, j’ai nommé : Laurent Balon-Perin.

JOUEUSES DE L’ANNEE (2): CELINE BARAL et ELEONORE GREGOIRE

Unies par le talent, reconnues par leurs pairs, élues de concert meilleures joueuses de l’année, on peut difficilement dissocier ces deux jeunes pousses du club au parcours si parallèle. Quelle satisfaction pour elles, cette reconnaissance collective ! Elles ont commencé toutes deux en 1999 dans cette filière « filles » chère à Raoul Delid et très vite, sous la houlette de Michel Salmon, elles ont décroché les premiers lauriers du club au sein de cette « dream team » dont elles sont les deux dernières représentantes à savoir deux victoires en coupe de Belgique en 2000 et 2001. Le moins que l’on puisse dire, c’est que ça « chauffe » dans la famille de la première quand on sait que sa sœur et son papa sont de la partie tous les week-ends à ses côtés sur et au bord du terrain. Toujours très nerveuse voire irritable avant son match, notre première lauréate fut sélectionnée provinciale et nationale avant d’exploser au sein de cette équipe dames 1 où sa gentillesse et sa disponibilité y compris pour l’autre équipe « dames » font merveille. Sa « rage de vaincre » sur le terrain (parlez-en à ses adversaire !), sa technique simple et efficace, son shoot « turbo » et son excellente vision du jeu en font aujourd’hui une des valeurs sûres de notre club et nous sommes fiers, comme doivent l’être ses parents et sa sœur, de dédier ce premier Lara d’Or tant mérité à …Céline Baral. La seconde débuta en 1999 avec ses 2 frères. Premier match en équipe mixte (A l’époque, c’était monnaie courante !), coachée par Françoise. En fin de match, les joueurs adverses lui disent « mal joué, mal joué… ». Sa carrière commençait bien… Elle s'améliore d'année en année grâce à la bonne structure du club et se retrouve en Irlande avec l'équipe nationale des moins de 15 ans. Pas de chance ! Ses bagages restent en Belgique ! Ce feu-follet, étiquette qui lui va si bien, est époustouflante par ses variations de jeux, son accélération, ses changements de direction. Toutes les défenseuses du royaume doivent redouter l’impossible tâche de tenir notre « TGV » vert et blanc. Elle a dû en épuiser plus d’une, et c’est loin d’être fini, car sa marge de progression est encore loin d’être épuisée, que du contraire. Certaines diront que son shoot fait partie des progressions possibles. Bousculée, renversée sur tous les terrains (c’est parfois la seule façon de l’arrêter), elle brille par sa technique de balle, de course, mais c’est surtout une fille d’une gentillesse extraordinaire, toujours prête à donner aux autres, et qui trouve aussi son bonheur quand elle vient aider l’équipe Dames 2. Elle joue en Dames 1 où sa discrétion est inversément proportionnelle à son talent et ses qualités humaines. N’en doutons pas. Son papa, professeur de tennis chez nos voisins de La Raquette, partage notre fierté d’honorer ce soir sa fille….Eléonore Grégoire.

JEUNE JOUEUR DE L’ANNEE : LOUIS MAUCLET

Il se cache sous des dehors taiseux… En scolaires, son alter ego au niveau puissance serait sans doute Gilles Bastin. Eh oui, la nature l’a doté d’un corps performant et d’une puissance de feu impressionnantes (les gardiens de son équipe en savent quelque chose). Certains observateurs emploient même le qualificatif de « fulgurant ». Dans le passé, son caractère l’a souvent mis en évidence (Sur le terrain, il était à l’opposé de ce qu’il était dans la vie). Il passait beaucoup de temps à râler, donner des « conseils aux autres », … Depuis deux ans, Il a décidé de changer petit à petit. Et cette année, il est presque devenu un exemple à ce point de vue. Il essaie de faire de son mieux pour aider l’équipe et lorsqu’il se sent moins bien, il n’hésite pas à demander à son coach de le repositionner au mieux dans l’intérêt de tous. Si on écoute son coach justement ainsi que les différentes personnes qui suivent souvent les matchs des jeunes, l’appréciation générale est qu’il tire toujours son épingle du jeu et que sa présence est un moteur pour ses partenaires. Nous tenons à lui donner le lara d’or du meilleur jeune de l’année avant peut-être qu’il ne gagne un nouveau titre ou la coupe de Belgique avec les cadets 1 le 4 juin. Une salve d’applaudissements pour Louis Mauclet

JEUNE JOUEUSE DE L’ANNEE : PAS ATTRIBUE

MEILLEURE PROGRESSION MASCULINE : MATTHEW DEKENS

D’un naturel très calme et très réservé, on pourrait penser de prime abord que ce garçon est un peu mou. C’est mal le connaître car, dès qu’il enfile son habit de lumière, armé de son stick, il devient un cheval sauvage qu’on a toutes les peines du monde à dompter. Sur le terrain, quand un partenaire est en difficultés, il peut lui transmettre la balle sans problèmes. Comme un super héros, il va toujours vers l’avant, afin de porter, balle au stick, ce qui est son point fort, le danger dans les lignes adverses. Il est très certainement un élément à suivre tant sa progression a été grande cette année. Nous espérons tous que, tel un grand crû, il se bonifiera encore avec le temps et deviendra une valeur sûre de notre club. Je vous demande un tonnerre d’applaudissements pour Matthew Dekens

MEILLEURES PROGRESSIONS FEMININES (2) : ALYSON VAN MARCKE et ALEXANDRA HAXHE

C'est une nouvelle tête blonde arrivée sur le tard ! Volontaire, dynamique, elle est aussi sensible et un peu timide. Elle a d'ailleurs failli ne jamais commencer le hockey car sa copine l’a laissée tomber au moment des inscriptions l'année passée! Mais un petit coup de pouce de son frère mordu de hockey et la voilà lancée dans une nouvelle aventure .Il ne lui fallut qu'un entrainement et un match pour fraterniser et s'intégrer dans cette équipe de cadettes sympas malgré son âge qui aurait dû la porter en équipe scolaire. A ses débuts, elle compensa le manque de technique du débutant par son énergie, sa combativité et son plaisir de jouer. Mais il ne fallut pas attendre longtemps pour qu’une certaine assurance se manifeste. Ne pas se donner à fond n'est pas une option pour elle. Le Lara d'Or de la meilleure progression féminine est décerné à Alyson Van Marcke Elle est haute comme 3 pommes, Elle nous a rejoint cette saison, Sa détermination sur le terrain, Ses incroyables progrès, Sa bonne humeur et son sourire, Son écoute vis-à-vis des conseils, nous ont motivés à lui attribuer ce deuxième Lara d'Or de la meilleure progression féminine de l’année... Elle s'appelle Alexandra... Alexandra Haxhe

ESPOIR JEUNE DE L’ANNEE CATEGORIE GARCONS : GEOFF ERIS

Il y a un titre de film qui me résume assez bien : « Je suis timide mais je me soigne ». Vous n’allez jamais l’entendre élever la voix, ni pester contre les décisions des arbitres. Il est toujours à l’écoute des conseils de son coach. Lors d’un match, il ne va pas tenter de gestes merveilleux mais toutes ces actions vont être réfléchies et, en plus, il perd rarement la balle. De très grands costauds ont déjà essayé de le passer mais en vain, il est devenu un roc qu’il faut contourner avec agilité. Il aurait pu recevoir le prix de la meilleure arrivée de l’année. Il a surmonté sa déception de ne pas être sélectionné en « provinciales 98 » et a continué à travailler dur pour gagner sa place dans son équipe. Nous tenons à te féliciter pour cet esprit, pour ta bonne mentalité, Geoff, en t’attribuant le Lara d’Or du meilleur espoir du club. Vos applaudissements pour Geoff Eris

ESPOIR JEUNE DE L’ANNEE CATEGORIE FILLES : ANAIS PIROTTE

Certaines dans l’assemblée espèrent secrètement emporter le Lara d’Or de l’espoir féminin. A l’intérieur d’elles-mêmes, dans leur tête, elles se disent : « pourvu que ce soit moi ». Et bien, pour la demoiselle que nous allons bientôt appeler, c’est j’en suis sur, tout le contraire. Elle croise certainement les doigts en espérant ne pas devoir se présenter devant tout ce monde. Mais ne vous en faites pas. Sur le terrain, elle ose. Et elle s’impose. Elle a fait toute ses classes chez nous, au Lara. Epinglons les éléments importants de sa jeune carrière sportive : sélectionnée en équipe Provinciale en 2007, puis fêtant en 2008 avec ses copines de l’époque non seulement la montée en Cadettes 1 mais aussi la victoire de l’équipe Wallonie aux Provinciales, sélectionnée par la suite en U15, elle intègre le noyau Dames il y a 1 an. Le jeune espoir féminin du Lara est Anaïs Pirotte.

BOUT D’CHIQUE GARCONS : MAXIM GROETECLAES

D’une apparence décontractée avec sa longue mèche noire qui lui tombe souvent dans les yeux (c’est, je crois, ce qui l’empêche de faire ses lacets convenablement !), il défend les couleurs de Lara depuis quelques années. Le hasard des sélections me permet de le suivre maintenant depuis trois ans , trois ans qu’il occupe sur le terrain la place ingrate de back gauche. Cette année, sa persévérance et son surpassement lui ont valu une place de titulaire à part entière en minimes. Par son courage et sa bonne condition physique, il a su combler le fossé qui sépare les préminimes et les minimes, qui plus est, en division 1 nationale. L’an prochain, il sera encore, sans conteste, une des bases solides de l’équipe minimes. Je vous demande de l’accueillir comme il se doit. Bout d’chique de l’année : Maxim Groeteclaes

BOUT D’CHIQUE FILLES : EMELINE LEMAIRE

C’est dans la catégorie écureuils filles que nous assistons depuis quelque temps à l’éclosion d’une petite perle. Elle s’embêtait il y a 2 ans dans la section mini hockey et a anticipé son passage dans le groupe des grands. A 5 ans elle découvrait déjà le championnat écureuils. Tout à fait à l’aise parmi ses aînées, elle n’a rien à leur envier. Toujours prête, sourire aux lèvres, esprit combatif de mise, grands yeux ouverts, elle épate par son registre déjà bien étoffé. Il est vrai que dans sa famille les exemples ne manquent pas. Sous le regard attentif de maman, Papa André, Romain, Dorian et Julien lui ont tracé le chemin. Vous aurez compris que chez les LEMAIRE, c’est EMELINE qui est à l’honneur et nous l’appelons pour recevoir le Lara d’Or du bout de chique fille de l’année. Applaudissons-la très fort.

GARDIEN DE BUT DE L’ANNEE : PAS ATTRIBUE

GARDIENNE DE BUT DE L’ANNEE : MARIE BRASSEUR

Rôle ingrat que celui de gardien…ou de gardienne En cas de défaite, la faute se retourne facilement sur lui ou sur elle quand ce n’est pas sur l’arbitre. Effectivement, que c’est aisé de parler après le match, et on le fait tous… oui, mais avec des si, l’équipe première messieurs serait depuis bien longtemps en DH, vainqueur de la coupe et champion EHL ! On n’y est pas encore. Pour revenir à notre élue du jour, elle peut revendiquer sans soucis la meilleure progression dans sa catégorie. Sans dernier rempart pour débuter la saison, les dames 2 ont fait appel à elle. Elle a donc tenté sa chance et pris petit à petit ses marques dans les cages. Elle a d’abord affûté ses réflexes avec l’équipe première dames en salle pour reprendre la seconde partie de saison motivée à bloc. Et ça a payé ! Plus aucune défaite, meilleure défense, toute l’équipe a gagné sa part du gâteau, elle aura été présente quand et où il le fallait. Un petit conseil,cependant en forme de clin d’œil : « Quoi qu’il arrive, même si personne ne touche la balle dans le cercle, évite de la laisser passer ! » Ay Marieke, Marieke, Tu le mérites tant Entre tes tours T’as du talent… Elle n’est malheureusement pas présente ce soir mais tous nos applaudissements quand même pour la meilleure gardienne de but de l’année : Marie Brasseur

MEILLEURES ARRIVEES DE L’ANNEE (2):

Garçons : CHARLES LE POLAIN

Comme chaque année, on pourrait attribuer le Lara d’Or de la meilleure arrivée à nombreux d’entre vous. Vous n’êtes pas sans savoir qu’un club qui vit, c’est un club qui bouge et qui a la chance d’accueillir chaque saison dans ses installations des joueurs et joueuses d’expérience venant des 4 coins de la Belgique. Celui d’aujourd’hui nous vient directement de la capitale. Evoluant dans la ligne arrière, c’est au poste de Libero qu’il a fait la preuve de toutes ses qualités. Une technique implacable, une vision du jeu irréprochable, une défense en 1 contre 1 « presque » toujours gagnante, sans vous parler de son caractère ! Toujours calme, attentif, souriant, et presque trop silencieux… A une exception près : quand il affronte ses anciens coéquipiers de la Drève des Brûlés ! Il va sans dire que tous les joueurs de l’équipe Scolaires 1 l’ont adopté. D’ailleurs, et pour son plus grand plaisir, ils ont tous ensemble vaincu l’Orée afin de décrocher une place en finale de coupe de Belgique. Doté d’un grand potentiel, ce fut un réel plaisir de le coacher cette saison. « Charlix » pour les intimes, veuillez, s’il vous plaît, applaudir Charles Le Polain !

MEILLEURES ARRIVEES DE L’ANNEE (2): Filles : LOUISE PIRON

Cela fait déjà pas mal de temps qu’elle joue au hockey. Mais si je vous dis tout de suite d’où elle nous arrive, il n’y aura plus de suspense ! Faisons donc traîner un peu les choses … Il s’agit d’une demoiselle souriante, aux grands yeux bruns … Dès son arrivée, elle s’est investie pour son nouveau club, le Lara HC Wavre. Elle entraîne avec maîtrise les plus jeunes chaque semaine, participe à l’encadrement lors des stages de vacances et se dépense sans compter pour son équipe Dames. Elle est l’une des trois demoiselles de Lara ayant remporté à l’époque la seule victoire de l’équipe Wallonie aux Provinciales. C’était en mai 2008. Toujours prête à rendre service, cette adorable nouvelle partenaire évoluait en bords de Meuse. Vous aurez maintenant tous deviné. La meilleure arrivée féminine n’est autre que Louise Piron que j’invite à me rejoindre sous vos applaudissements.

COACHS DE L’ANNEE (2)

Garçons : CHRISTOPHER OOSTVEEN

Dans le passé, le responsable des jeunes (Alain Remacle) avait autant de boucles que lui. Vous avez déjà trouvé qui c’est ! Bravo ! Mais nous ne l’avons pas élu meilleur coach de l’année pour ses crolles. Non ! Il a repris en cours de saison une équipe avec trop de joueurs ou des joueurs mouvants. Il a su, malgré la courte différence d’âge entre lui et ses joueurs, faire passer son message de coach en distillant des conseils judicieux et cela sans presque jamais s’énerver. Passer de l’autre côté du miroir est un remède souverain pour ses propres défauts. Il a découvert les joies de la victoire et les désolations de la défaite. Il a également pris en mains les entraînements deux fois par semaine afin de mieux faire passer son message. Il a considéré cette tâche comme un vrai challenge et ce défi l’a fait mûrir. En agissant ainsi, il a montré à tous les parents des scolaires 2 que ces jeunes méritent le respect et font partie de l’avenir du club. Merci …Christopher Oostveen.

COACHS DE L’ANNEE (2) Filles : VALENTIN VERHEYEN

Il joue au hockey depuis toujours, plusieurs fois repris dans les sélections nationales des moins de 17 ans. Il y a deux ans, il rejoint notre club dans le noyau de l'équipe «messieurs ». Rapidement devenu un vrai clubman, il a pris en charge l'entraînement et le coaching d'un équipe «écureuils ». Et avec ça, toujours disponible pour remplacer un entraîneur absent. Sa réputation de distrait n'est plus à faire, ses coéquipiers doivent lui prêter régulièrement une paire de chaussettes, un maillot, un short, un caleçon ... Cette année, il s’est investi dans une équipe «filles » où sa gentillesse, ses compétences techniques et sa patience furent appréciées de tous et de toutes. Fairplay vis à vis des arbitres, (il est vrai que c'était souvent son père qui arbitrait) il a obtenu des résultats inespérés avec l'équipe des scolaires filles, arrivant à maintenir un bon esprit de groupe, allant jusqu'à organiser des joggings pour pallier à l'indisponibilité du terrain le lundi soir. Lors de la saison salle, avec les scolaires filles, équipe invaincue et qui a obtenu son passeport pour la division 1, il a montré de très bonnes qualités de coaching notamment lors du match contre La Louvière lorsque l'équipe était menée de deux goals à quelques minutes de la fin. Motivé à 200% que ce soit comme joueur ou entraîneur je vous demande d'applaudir le coach de l’année : Valentin Verheyen.

ENTRAINEUR DE L’ANNEE : PAS ATTRIBUE

SIFFLETS D’OR : PAS ATTRIBUES

EQUIPES DE L’ANNEE (2):

Nous accordons deux Laras d’Or cette année, un pour la salle et un pour l’extérieur. Nous allons y venir tout de suite mais avant cela, nous aimerions féliciter une équipe qui ne sera pas primée, ce soir, l’équipe réserve messieurs, qui a fait un superbe championnat lui donnant le droit l’an prochain de jouer en « réserve honneur », une première pour Lara. Ils méritent tous vos applaudissements comme les scolaires garçons qui se sont maintenus en division 1 et qui joueront la finale de la coupe de Belgique le 4 juin ici-même.

EQUIPES DE L’ANNEE Salle : CADETS BOYS 1

La vie est faite de hauts et de bas. Lorsque l’on est en bas, il faut mettre en place des choses pour se relever et les hauts, il faut s’en servir comme moteur. Alors que dire du merveilleux, il restera à jamais gravé dans la mémoire. Certains ont eu cette année la chance d’avoir du merveilleux, de l’inoubliable. Un souvenir pour leurs petits enfants au coin d’un feu, … Qui sont ces veinards ? Ils nous ont fait passer de la joie à la peur et cela parfois en deux minuscules minutes de temps. Certains spectateurs ont préféré ne pas regarder tellement l’émotion était grande. Mais le dénouement fut à la hauteur des émotions vécues et les sourires illuminaient leurs visages d’adolescents. Ce n’est pas possible de ne pas revenir sur le premier titre de notre école des jeunes. En ce mois de février 2011, un club (oui je dis un club vu le nombre de spectateurs) a poussé une bande de copains, d’amis vers les cimes. Après une demi-finale tendue et gagnée aux strokes, ces jeunes ont montré lors de la finale du championnat en salle qu’ils étaient tout simplement les meilleurs de Belgique. Félicitations et bonne chance à cette équipe pour leurs échéances à venir. Rendez-vous au Léo le samedi 28 mai à 10h00 et à Lara le 4 juin pour de nouvelles émotions. Mais dans l’immédiat, nous vous décernons le Lara d’or de la meilleure équipe salle du club. Extérieur :

EQUIPES DE L’ANNEE DAMES 2

L’équipe récompensée le mérite par ses résultats, bien évidement, mais également et peut-être surtout pour sa capacité d’intégration des jeunes dans un noyau expérimenté. Née d’un mariage de raison, cette équipe composée d’anciennes « gloires », mamans, coachs, responsables de filière, est devenue « mariage de cœur » avec la joyeuse ribambelle de jeunes talentueuses venues la compléter, pour arriver à une fusion parfaite en cours de saison. Passée à deux doigts de la descente en division 4 l’an passé en se sauvant aux strokes au terme d’une ultime rencontre et d’un suspense insoutenable que les spectateurs présents n’oublieront jamais, cette formation a fait le chemin inverse cette saison, l’entamant par quelques matchs hésitants avant que la mayonnaise ne prenne, comme on dit, et qu’elle termine première, accédant du même coup à la division 2. Quel contraste d’une saison à l’autre… Le Club a grandi, avec ses 15 ans d’âge, mais toutes les qualités premières de ce qui était à l’époque « La Raquette », se retrouvent dans cette équipe à savoir : convivialité, responsabilité, sérénité, sportivité, encadrement, talent, intégration et jusqu’au-boutisme. Ces dames font honneur à leur club. Ce sont vraiment des « Lara addict ». Merci à toutes celles qui ont complété, de-ci, de-là, cette équipe, qu’elles viennent de Nationale 1, des Ladies ou des scolaires. Vous toutes, avez écrit une belle page de notre histoire sportive et familiale. Puisque la capitaine est absente ce soir, j’appelle une joueuse emblématique de cette équipe qui représente si bien toutes les valeurs énoncées plus haut ainsi que leur coach qui signe et persévère avec ses « baronnes » préférées : Ruthie Mc Cabe et Greg Léonard pour l’équipe de l’année : les Dames 2.

ESPRIT CLUB : LES BENEVOLES D’ARGENTINE - BELGIQUE

Pour décrire l’ « Esprit Lara », je n’aurais pas assez d’un roman digne de Tolstoï. Avoir l’esprit club, c’est quelque part rentrer en religion, c’est une maladie qu’on contracte au début et qui ne fait que s’aggraver au fil du temps. C’est une maladie contagieuse. Les enfants peuvent l’attraper de leurs parents mais l’inverse est encore plus fréquent. L’esprit club, ça vous fait faire des choses surprenantes. Vous vous levez le matin comme tous les matins, avec vos soucis et vos joies et le soir, quand vous vous couchez, vous vous êtes mis sur le dos mille et une tâches nouvelles dont vous ne soupçonniez même pas l’existence, des tâches qui vont vous tenir occupés des semaines durant sans que cela ne vous rapporte le moindre cent et avec une pression de tous les instants. Et le comble, c’est que vous n’étiez même pas obligés de le faire. Vous, ce sont les bénévoles de ce club, unis dans l’amour de ce club, fiers d’y appartenir et pas près de le laisser tomber. La réussite de ce tournoi en est encore la preuve. Même si vous méritiez tous ce lara d’or de l’esprit club, c’est une organisation ponctuelle et une réussite en termes de public, de rapidité de mise en place, d’organisation et de prestige que nous récompensons ce soir. Je demande à tous ceux qui ont œuvré de près ou de loin à la réussite de cette merveilleuse soirée que fut le match Argentine-Belgique de se lever et à Catherine Mommens, notre responsable des ressources humaines pour cet événement de venir en leur nom chercher ce lara d’or de l’Esprit Club. Merci à vous tous ! Vous êtes formidables ! Vive Lara !

PERSONNALITE DE L’ANNEE : DANY FLEMAL

En tant que président d’un club ambitieux comptant plus de 700 membres, il est important de pouvoir se reposer sur une bonne équipe. Qui plus est quand le président est un rien dérangé et qu’il se met en tête d’organiser une rencontre internationale et qu’il clame haut et fort qu’on va accueillir entre 2000 et 3000 personnes. Rien que ça ! La personnalité récompensée cette année a mis depuis longtemps 200% de son temps au service de notre club et de son président ce qui lui laisse encore 400% pour son épouse et ses filles si mes calculs sont exacts. Il a une mémoire d’éléphant, pense à tout, excelle dans les questions embarrassantes, cultive d’excellentes relations avec les autorités communales, dort dans la tente, la nuit pour surveiller le matériel, est plus souvent qu’à son tour délégué au terrain, en fait, c’est un « mode d’emploi » mobile. Non content de défendre les couleurs d’une équipe « gentlemen » où son surnom est « la teigne », il n’a jamais cessé d’améliorer l’image que le club véhicule aux quatre coins du pays. Père fondateur de la psychomotricité au Lara, il a proposé de créer une école de mouvement pour les tous petits en partant du principe qu’on fidélise les jeunes dès leur plus jeune âge. Je crois qu’il va leur perfuser du sang vert à ces petits. Vous allez me dire : « Il est parfait, cet homme-là ! » Eh bien non ! Il peut encore améliorer une petite chose, « La diplomatie ». Affrontez-le sur des sujets qui lui tiennent à cœur et où vous êtes en désaccord avec lui, sur des promesses non tenues ou des décisions non respectées et vous le verrez déployer une telle énergie qu’il finira bien par vous convaincre d’accepter son point de vue. Surnommé, « Dihlat Larat mon infâme homme de main » par Drej alias Iznogoud, nous espérons pouvoir compter sur lui encore de nombreuses années. Il était plus que temps de lui rendre hommage. Merci d’applaudir comme il se doit notre personnalité de l’année : Dany Flémal

LARA D’HONNEUR : OLIVIER BRAEM

Mesdames, Messieurs, Il est loisible au conseil d’administration d’attribuer un Lara d’honneur à une personne qui s’est particulièrement distinguée au sein du club. Ce soir, unanimement, nous avons décidé d’honorer un grand monsieur. Et je tricherai quelque peu en reprenant ce que j’ai déjà dit lors de la dernière Assemblée générale. J’ai joué avec lui en mineures et c’était déjà un fameux battant sur un terrain avant de travailler une dizaine d’années avec lui au CA. C’est avant tout un homme intègre qui ne déroge jamais, pour quelques raisons que ce soit, à des principes qu’il s’impose à lui-même. Le compromis, il peut l’accepter si c’est dans les idées, dans les buts à atteindre, dans les réalisations à finaliser. Toutes les idées étant dans la nature, il est important de rassembler celles du plus grand nombre. Mais le compromis sur les principes de vie et sur les valeurs humaines lui sont insupportables. Sous des airs de faux doux, cet homme petit par la taille fut grand dans ses actes. Ne vous fiez pas à sa douceur qui n’est qu’apparente. Sous ce vernis de politesse et de charme se cache un caractère trempé dans l’acier. Il fut un grand président. Dans la lignée du précédent et, j’ ose espérer que son successeur sera de la même veine. Il a tenu à bras-le-corps les réalisations de ce club au cours des trois années de son mandat, travaillant sans relâche, revenant tant et plus à la charge. Le terrain mouillé dont nous sommes si fiers aujourd’hui porte sa marque indélébile. Et ce n’est que la face visible du travail de titan qu’il a abattu. Si j’osais une image, je dirais de lui qu’il a la griffe caressante , celle d’un tigre aux faux airs débonnaires. C’est exrêmement confortable de pouvoir compter sur quelqu’un comme lui. Je voudrais aussi lui redire aujourd’hui tout le plaisir et l’immense fierté que j’ai eus, que nous avons tous eus à travailler à ses côtés pendant toutes ces années. Merci, mon ami ! Merci Olivier Braem !

EPILOGUE

Le nombre sans cesse croissant de membres voit le nombre de Laras d’Or décernés augmenter chaque année. Néanmoins, malgré cela, nous devons rester raisonnables et certains peuvent se sentir oubliés voire déçus. Cela ne nous empêche pas de remercier , comme chaque fois, les personnes qui ont œuvré pour la bonne marche de notre club durant toute cette saison. Je ne citerai pas grand monde de façon extensive. C’est la meilleure façon d’oublier quelqu’un. Les coachs, les entraîneurs, les superviseurs, les organisateurs de tournois, d’événements, de challenges, les bénévoles qui se multiplient sans compter, les responsables du bar, de la maintenance, de la communication, les délégués au terrain, les membres des différentes commissions, les membres du CA, les parents, les arbitres, les joueurs et joueuses , nos sponsors et enfin les Autorités Communales et Provinciales qui n’ont de cesse de nous soutenir, vous méritez tous notre gratitude et nos applaudissements. Cependant, le Lara Hockey Club Wavre tient à remercier tout spécialement le Docteur Vincent Malvaux qui, lors d’un accident de jeu survenu en scolaires, a promptement réagi face à la gravité de la blessure au visage encourue par un joueur adverse, lui a prodigué des soins immédiats, lui évitant sans doute des conséquences plus fâcheuses voire mortelles. Vous allez me dire : « C’est son métier ! » C’est vrai ; mais j’ajouterai alors : « Quel beau métier ! » et quelle fierté de pouvoir compter sur un homme tel que lui. Merci Vincent ! Merci à vous tous et à l’année prochaine.

2010



La Soirée des Laras d'Or 2010 a débuté par un discours du Bourgmestre Charles Michel, en présence de l'échevin des Sports, Marc Bastin.

Beaucoup de monde était venu écouter, non seulement le Bourgmestre, mais aussi Drej Vermeeren, meneur de revue des Laras d'Or...

Mesdames, mesdemoiselles, messieurs, chers amis du Lara Hockey Club Wavre, Bonsoir !

En cette soirée de notre 10e Tournoi des Jeunes, c’est déjà à la 8ème cérémonie des Laras d’or que vous êtes conviés.

Cérémonie est un bien grand mot.

Parlons plutôt de communion puisque c’est la période, communion entre tous les membres de ce club qui ne cesse de grandir, de progresser et qui a tant besoin de vous tous, ici présents.

12 ans après sa naissance, on peut mesurer le chemin parcouru par le Lara Hockey Club Wavre, les embûches surmontées, les erreurs commises aussi parfois, les maladresses mais surtout les réussites. Et ces réussites sont d’abord la réussite de tous avant d’être celle de quelques-uns. C’est pourquoi, chaque année, nous essayons de récompenser le plus de catégories représentatives de notre club.

Des entraîneurs aux coachs en passant par les bénévoles, arbitres et joueurs, le talent et le travail appellent une certaine forme de reconnaissance. Et c’est de cela qu’il sera question ce soir.Et maintenant place aux laras d’or…Comme de coutume, nous commencerons par les meilleurs buteurs et buteuses de la saison et cette année encore, il faut aller les chercher dans les équipes phares du club.

A tout seigneur, tout honneur, commençons par les meilleurs buteurs et buteuses de la saison et cette année encore, il faut aller les chercher dans les équipes phares du club. A tout seigneur, tout honneur, commençons par le meilleur buteur

MEILLEUR BUTEUR : ALEXANDRE DE CHAFFOY

Est-il encore besoin de le présenter ? Il a tout fait, tout connu, sauf les Jeux Olympiques. Il a trusté les récompenses en Belgique comme peu l’ont fait. Dans le club, il joue, il coache, il entraîne, il arbitre. Il y a trois ans déjà, il débarquait chez nous en terrain inconnu et d’emblée y posait sa marque, celle d’un grand professionnel du hockey. Sur le terrain, il se donne toujours à fond, s’entraîne comme pas un et essaie de montrer l’exemple en toutes circonstances. Il marque moins qu’avant sans doute mais ça fait quand même encore un paquet de buts. Il en a inscrit 17 cette saison. Son « touch » reste intact et tant que ses jambes accepteront de le porter, il risque de faire souffrir encore pas mal de gardiens en espérant que ce sera encore le cas demain à l’Ombrage. Eternel futur pensionné et meilleur buteur de l’Année, applaudissons bien fort ce grand monsieur du hockey belge qu’est Alexandre de Chaffoy

MEILLEURE BUTEUSE ET JOUEUSE DE L’ANNEE: GERALDINE CHARDOME

La meilleure buteuse de l’année n’est pas là ce soir mais son cœur est parmi nous. Comme elle a également obtenu le trophée de meilleure joueuse de l’année, nous grouperons donc les deux trophées en un seul hommage. Elle était déjà meilleure buteuse l’an dernier. Avec 17 buts inscrits cette saison à l’échelon supérieur, elle a prouvé comme Alex en messieurs que l’âge n’a pas de prise ou si peu sur le talent quand le travail et la volonté sont de la partie.
Pour la cerner ces quelques vers
Ecrits d’la main d’Sophie Heller
Elle court toujours jamais à l’heure !
Ses trois enfants...un vrai bonheur !
Pas d’bas orange…On lui en donne !
Les polos blancs !...Elle collectionne !
Glisser un peu ! C’est amusant !
En pissant le sang !...C’est évident !
Marquer des goals…C’est trop facile !
Mais qui est-elle ? C’est Géraldine !
Meilleure buteuse et joueuse de l’année : Géraldine Chardome

Pour les catégories « joueur et joueuse de l’Année », ce sont les joueurs et les joueuses des deux équipes fanions du club, leur coach et leur manager qui votent pour désigner eux-mêmes les lauréats. L’appréciation des spectateurs sera très différente suivant qu’on ait vu tel ou tel joueur lors d’un match dans un bon ou un mauvais jour. Mais quand, une année durant, on partage entraînements, efforts, victoires et défaites, c’est sur l’ensemble de la saison qu’on se fait élire par ses pairs et ils sont les plus à même de juger de la réelle valeur de chacun. Comme je vous l’ai dit juste avant, Géraldine Chardome a remporté le Lara d’or de la joueuse de l’année.

Place aux messieurs.

JOUEUR DE L’ANNEE : LAURENT BALON-PERIN

Il a commencé le hockey sur le tard, vers 14-15 ans. Ce qui ne l’a pas empêché de jouer une dizaine d’années à l’Orée en division d’honneur avant de débarquer chez nous. Doté d’un placement impeccable, sa défense basse a fait merveille cette saison et ses passes longues sont un régal pour les yeux. Combatif, tenace, hargneux sans être violent mais malin comme un singe, il a, de plus, été très performant sur PC où son sleep à plat a fait bien des dégâts. Demain à l’Ombrage dans ce qui sera pour beaucoup le match de l’année, on compte encore sur lui pour faire parler la poudre. Son intégration dans le groupe fut à la mesure de sa gentillesse et les conseils qu’il prodigua aux plus jeunes furent unanimement appréciés. Précédant ses dauphins John Delguste et Yannec Vermeeren de quelques coudées, le joueur de l’année, c’est notre Baby Face killer national : Laurent Balon-Perin

JEUNE JOUEUR DE L’ANNEE : AUREL GERMAIN

Son papa, il y a 13 ans, n’adhérait plus aux valeurs de son club. Il se mit en chasse d’un autre club qui lui correspondrait mieux. Il ne trouva pas mais rencontra une bande d’illuminés qui voulaient créer un nouveau club. Ce club c‘est le nôtre : le Lara. Sa sœur y joua d’ailleurs à cette époque où les équipes étaient encore mixtes avec des débutants qui avaient nom Gaëtan Geerts, Yannec Vermeeren, Thibault Fiévet, François et Bastien Nesse, Thibaut Ronsmans. 12 années plus tard, son fils rencontra un problème similaire. Son club ne répondait plus à ses attentes. Il décida, dès lors, de migrer dans le club voisin (Le nôtre). Papa l’inspira peut être. Comment vous décrire ce jeune joueur ? Si vous êtes venus voir un match des cadets 1, cette année, vous seriez tombé sous son charme. Il y est devenu le patron de la défense. Et quel patron ! Seulement 8 buts encaissés en 20 matchs (même si son gardien l’a aidé à obtenir ce bulletin digne des champions). Il rassure les autres car ils savent qu’il est infranchissable. Il ne lâche jamais le morceau sauf au péril de sa vie. Ce jeune joueur de l’année à la mentalité exemplaire c’est Aurel Germain.

JEUNE JOUEUSE DE L’ANNEE : MAELLE FLEMAL

Elle est jolie comme tout mais a le sacré caractère de son père … Et beaucoup peuvent en témoigner ! Est-ce un atout pour jouer au hockey ? Peut-être. Arrivée à Lara il y a 7 ans, c’est sous l’aile attentive de son entraîneur de l’époque, Laura Patriarche que son jeu va prendre forme et petit à petit évoluer. Reprise en Provinciales durant 2 années, elle fera partie avec ses copines de la seule équipe Wallonne qui à ce jour a remporté ce tournoi. C’était en mai 2008, il y a tout juste 2 ans. Sélectionnée ensuite en équipe nationale des moins de 15 ans, elle constituait cette saison un des fers de lance de notre équipe scolaire filles. Souhaitons-lui de continuer son parcours avec autant de plaisir et de performances. Je vous demande d’applaudir la « jeune joueuse de l’année » : Maëlle Flémal.

 MEILLEURE PROGRESSION MASCULINE : CHRISTOPHER OOSTVEEN

Cela fait dix ans qu’il joue à Lara. Il a toujours progressé avec la même équipe à l’exception d’un an. Caractère fort, c’est le moins qu’on puisse dire, il arrive de plus en plus à se contenir même si, à l’une ou l’autre occasion comme jeudi en scolaires, il se laisse encore submerger par son tempérament. Il a cette année franchi un cap tant psychologique que physique. Sa technique est au-dessus de la moyenne. Dribbleur redoutable, il a parfois un peu tendance à en faire trop. Il ne faut pas lui laisser le moindre espace pour shooter car son tir puissant manque rarement la cible. Malgré son implication dans le golf, son deuxième sport, il n’a pas manqué un entraînement ou un match. Sa complicité, sa sensibilité et sa chaleur humaine en font un coéquipier des plus appréciés. « Crolette » pour les intimes mérite ce Lara d’or pour sa saison exemplaire.

MEILLEURE PROGRESSION FEMININE : ROMANE MILCAMPS

C’est une petite louloutte sympa qui adore amuser la galerie, faire le clown et être entourée des gens qu’elle aime. Sur le plan du caractère, elle a la tête dure mais est d’une grande sensibilité intérieure. Rassembleuse, elle est devenue le métronome de son équipe. Super motivée, elle déteste voir ses coéquipières ne pas donner le meilleur d’elles-mêmes. Sa passion, c’est échafauder avec ses coéquipières des tactiques loufoques auxquelles elle donne des doux noms évocateurs comme la phase « Zorro » ou la phase « superman ». Mais observez-la quand elle ne joue pas … C’est sans doute surtout parce qu’elle a plus que tout horreur de se trouver sur le banc que sa progression a été considérable cette saison. Dotée d'un grand potentiel de départ qui se libère depuis quelques mois, le Lara d’Or de la meilleure progression féminine de l’année est attribué à une joueuse de Cadettes 2 : Romane Milcamps

BOUT D’CHIQUE GARCONS : GABRIEL FOGLI ET TIMOTHY NESSE

Pour les bouts d’chiques d’or, cette saison nous avons deux élus.
Le premier est issu d’une des familles fondatrices de notre magnifique club de hockey, il assouvit sa passion dans son équipe de Préminimes mais comme c’est sa passion et qu’il n’en a jamais assez , il va aider toujours de bon cœur les autres équipes en manque d’effectif. Son héritage sera d’autant plus lourd à porter que son grand frère défend déjà les couleurs de l’équipe première . Vous le trouverez toujours facilement le long des terrains, stick à la main, à la recherche d’un copain pour taper la balle. Il incarne et incarnera encore, j’en suis sûr, l’esprit Lara qui lui va si bien. Je vous prie d’accueillir Timothy Nesse.
Notre deuxième élu joue chez nous depuis deux saisons seulement, en fait depuis que ses parents ont eu la bonne idée de venir émigrer dans notre belle région du Brabant Wallon. Avant cela il était de la ville comme on dit par ici. Discret et calme de nature, il est depuis le début de saison , par ses prestations, une valeur sure de son équipe. Et qui plus est un buteur hors pair. Cette saison, sa progression a été exponentielle grâce à son coach et ses coéquipiers. J’espère qu’elle le restera car les buteurs sont une race rare que nous nous devons de garder. Redoutable balle au stick, faisant preuve à tout moment d’un grand esprit collectif, son accélération laisse plus d’un défenseur sans voix. Je vous prie d’applaudir comme il se doit : Gabriel Fogli.

BOUT D’CHIQUE FILLES : MARIE VANDENBEMDEN

Je suis un petit « spirou », même si je suis une fille. Je cours sans arrêt, on pourrait croire que j’ai 4 poumons. Rien qu’à regarder les expressions de mon visage, on peut y lire l’envie de jouer, le plaisir, Cette demoiselle illumine le terrain de ses dribbles, et donne aux autres l’envie de se dépasser. Lorsqu’on lui fait une remarque, elle vous adresse un sourire à faire fondre la glace. Cette petite souris c’est Marie Vandenbemden.

GARDIEN DE BUT DE L’ANNEE : AMAURY PEETERS

On aurait pu désigner Gaëtan Geerts pour sa saison remarquable avec les messieurs 1. C’aurait été amplement mérité. Mais c’est la jeunesse encore plus jeune qui sera récompensée ce soir. Après un an passé à Louvain-la-Neuve, ce gardien pourri de talent a d’abord joué quatre ans dans le jeu chez nous. Cela ne fait donc que trois ans qu’il a enfilé les guêtres et avec quelle réussite ! Perfectionniste, travailleur infatigable, il est de tous les entraînements possibles. Excellent en salle quand il fut notamment appelé à doubler Gaëtan, c’est en scolaires qu’il a montré toute sa valeur. Impérial sur sa ligne, doté de réflexes hors du commun, il doit encore progresser dans ses sorties. Il sait diriger sa défense qui a une grande confiance en lui et sa complicité avec celle-ci en témoigne. Cette complicité ne s’arrête pas au hockey. Fidèle en amitié, ce garçon sensible nous réserve encore bien de belles surprises. Gardien de but de l’année : Amaury Peeters

GARDIENNE DE BUT DE L’ANNEE : ELODIE PICARD

Derrière ses discrètes taches de rousseur et avec son air de « garçon manqué », cette petite demoiselle aux yeux bleus toujours souriants est tombée dans le monde du hockey comme Obélix est tombé dans la potion magique, dès la naissance. Tour à tour attaquante, défenseuse, jeune entraîneur et même parfois arbitre, c’est équipée de sabots, de guêtres, d’un plastron et coiffée d’un casque qu’elle se réalise le mieux et se sent invincible sur un terrain. Hargneuse, battante comme son père, elle est toujours prête à aller au feu, sans peur de se faire mal, pour sauver un goal. Un bras par ci, une jambe par là, un plongeon, une sortie glissée dans les jambes d’une monstrueuse attaquante adverse, rien ne l’arrête et chaque arrêt la motive pour repartir de plus belle. Comme chaque enfant, elle est pressée de grandir. Elle a des rêves de victoire plein la tête et pense déjà aux JO de Rio en 2016 … Mais en attendant encore un peu avant d’y être, elle reçoit le Lara d’Or de la gardienne de l’année. Nous applaudissons tous : Elodie Picard.

MEILLEURE ARRIVEE DE L’ANNEE : MATHIEU PIERRE

Il est la meilleure arrivée de l’année. Mais qui est-il ? L’année dernière, Il foulait d’autres terrains que ceux de l’avenue de la Belle Voie. Fatale erreur ! Il s’est rendu compte que pour continuer à progresser : il fallait rejoindre un club : Le Lara. Il n’avait qu’un choix vu sa personnalité. Comment est-il ? Il ne râle presque jamais sur un terrain. Il vient à tous les entraînements. Lorsqu’il est blessé, il vient voir jouer ses coéquipiers en les encourageant. Il donne un coup de main chaque fois qu’on fait appel à ses services : arbitrage, moniteur pour petit, rangement, …. Tous les joueurs de l’équipe l’ont adopté, il est même très souvent invité à loger chez certains. Avec une telle mentalité, il ne pouvait que réussir au Lara. Pour vous aider à trouver ce jeune du club, il a un frère qui est arrivé un an plus tôt chez nous. Il joue en scolaires 1 et il est beau (aux dires de certaines filles et même de certaines mamans). Cette perle rare, c’est Mathieu Pierre.

COACH DE L’ANNEE : ALAIN REMACLE

Même s’il est prof de math dans la vie de tous les jours, le coach de l’année ne compte pas ses heures. Pour lui, le hockey se résume en une équation simple talent + travail = réussite². Il l’a prouvé cette année en appliquant cette formule magique aux cadets 1 et en les faisant monter pour la première fois de leur histoire en Division 1 et le 29 mai à 18H au pingouin, c’est en finale de la coupe de Belgique qu’il les coachera. Dans son travail, il recherche toujours le dernier carat un peu comme ces fous qui tentent de trouver la dernière décimale du chiffre PI. Il faut voir le boulot qu’il a accompli en concoctant la politique sportive du club pour en être persuadé. D’un caractère qui ne se livre pas facilement, entier dans ses principes comme dans ses actions, c’est dans la longueur, un peu comme un grand Bourgogne qui met du temps à se révéler, que notre homme gagne à être connu. Il a déjà relevé bien des défis dans notre club. D’autres l’attendent que son cerveau en constante ébullition ne demande qu’à relever. Mais vous l’avez bien sûr reconnu, le coach de l’année, c’est Alain Remacle

ENTRAINEUR DE L’ANNEE : OLIVIER NAILIS

On aurait aussi pu penser à lui comme coach de l’année mais c’est finalement comme entraîneur, loin des regards de la foule qu’il s’est le plus démarqué. Obligé en début de saison de former un groupe soudé avec de nombreux nouveaux joueurs, de leur inculquer un style de jeu, c’est par ses entraînements variés, dynamiques et toujours tournés vers l’offensive qu’il est arrivé à ses fins. Ce n’est pas un hasard si Lara possède la 8e attaque la plus prolifique de toutes les divisions nationales confondues. Les exercices visant à gommer les erreurs et les imperfections des matchs précédents sont une part importante de son enseignement. Travail sur les possessions de balle, phases adaptées à chaque joueur en fonction de sa position sur le terrain en sont une autre. Et il sait aussi donner leur chance aux jeunes. Réservé voire hermétique diront certains, il m’a fallu une saison et un coup de gueule souverain pour comprendre que cette réserve n’était en fait que la face visible d’un passionné de hockey, d’un perfectionniste intégral, d’un homme qui, à chaque instant qu’il passe avec ses joueurs, ne pense qu’à atteindre l’objectif qu’il s’est fixé. Quand il est dans ce monde-là, on devrait accrocher sur son front une pancarte « Don’t disturb ! Ne pas déranger ! » J’espère de tout cœur qu’il touchera demain, à l’Ombrage, la récompense de son travail acharné et qu’il évacuera enfin, en un instant, l’immense pression qui pèse sur ses épaules. Entraîneur de l’année : Olivier Nailis

SIFFLETS D’OR : NICOLAS PICARD et GUY STEFFENS

Vous savez l’importance que prend de plus en plus l’arbitrage dans notre club. La présence de nos équipes jeunes en division 1 et la multiplicité des équipes nationales nous force à fournir un quota d’arbitres de plus en plus élevé à la fédération. C’est pourquoi je lance ici un appel à tous ceux et celles qui seraient tentés par l’arbitrage. L’an prochain, le club organisera encore avec le soutien de la commission d’arbitrage une voire deux journées de formation. Nous avons plus que jamais besoin de vous.Cette année , deux personnes ont passé leur examen d’arbitre national et nous les en remercions. Elles ont de ce fait permis au club d’éviter un grand nombre de soucis tant organisationnels que financiers. Souvent disponibles pour siffler diverses rencontres de Lara, des dames aux mineurs en passant par les jeunes et les vétérans, ces vrais clubmen méritent tous les deux d’être englobés dans le même éloge. Leur contribution à Lara ne se limite pas, loin s’en faut, à l’arbitrage. Joueur et organisateur de la saison salle pour l’un, gardien de but et délégué de salle pour l’autre, ces deux lascars font partie intégrante du paysage de Lara. Sifflets d’or de l’année : Guy Steffens et Nicolas Picard

EQUIPE DE L’ANNEE : CADETS 1

En économie, on mesure le rendement par le profit (même par temps de crise). Au hockey, comment mesure-t-on le rendement d’une équipe au sein d’un club pour l’élire « équipe de l’année » ? Les points Obtenus ? Les titres ? La montée de division ? Une coupe ? Doit-on parler uniquement de rendement dans notre cas ? Doit on en parler tout court ? La mentalité affichée par l’équipe n’est elle pas plus importante ? Le comportement pendant les matchs n’est-il pas aussi essentiel ? Une « équipe de l’année » doit être la vitrine de son club. L’équipe de cette année a été, nous le pensons, le plus digne représentant des valeurs de notre club. D’autres équipes ont aussi coloré le vert du Lara pour le rendre plus étincelant. L’équipe de l’année a prouvé que pour forger des résultats, il faut former un groupe où chaque joueur est important. Les individualités doivent se mettre au service de celui-ci en apportant un plus et non essayer de se mettre individuellement en évidence. Le capitaine doit, comme sur son bateau, diriger son navire et pouvoir compter sur ses mousses pour naviguer dans la bonne direction. Ainsi, cet équipage atteindra son port. Discrètement, le capitaine a effectué cette tâche avec beaucoup de brio. Nous l’appelons, ce soir, Xavier Claude peux tu venir avec les joueurs de Cadets 1 chercher le Lara d’Or de l’équipe de l’année ?

ESPRIT CLUB : SERGE ROUBENS et HUGUES CHERPION

Je ne sais pas si, comme Astérix, il est tombé dedans quand il était petit, mais en tout cas je peux vous confirmer que le virus du hockey il l’a contracté, le virus LARA aussi. Papa de deux charmants garçons qui se ressemblent comme deux gouttes d’eau, cette saison , il a pris à bras le corps l’organisation des délégués au terrain. Tâche ingrate, et j’en veux pour preuve les dizaines de mail envoyés chaque semaine , afin de trouver une bonne âme qui veuille bien accueillir nos adversaires et les diriger vers le terrain approprié. Non content de faire ce dur labeur, il est aussi, quand il n’est pas blessé, un centre- avant redoutable d’une équipe de gentlemen. Et comme si cela ne suffisait pas, merci à toi Stéphanie, il va aussi renforcer régulièrement notre équipe vétérans, suivre les matches de ses enfants et ceux de l’équipe première.Je vous demande d’applaudir comme il se doit notre premier Lara d’or de l’Esprit club: Serge Roubens.
Le deuxième Lara d’Or de l’esprit club est décerné ce soir à quelqu’un qui ne fait pas de vagues, qui donne et ne demande jamais rien en retour. Cela fait des années qu’on peut compter sur lui en toutes circonstances. Que d’heures il a passé avec nous lors de notre tournoi pour charger et décharger les tentes ! Que de fois son camion nous a servi à transporter celles-ci ! Derrière son sourire et son humour pince-sans-rire se cache un homme vrai et chaleureux. Au nom du club, merci Hugues Cherpion

PERSONNALITES DE L’ANNEE : GENTLEMEN

Plus qu’une individualité c’est une catégorie, un état d’esprit que nous avons voulu mettre à l’honneur ce soir. Mon premier est un G. G comme gourmands . C’est ce qu’ils sont vraiment. Mon deuxième est un E. E comme enthousiastes sur et en dehors du terrain. Mon troisième est un N. N comme noyau dur, ce qu’ils sont rapidement devenus au sein du club. Mon quatrième est un T. T comme tenaces. Ils sont à peu près les seuls de Belgique à s’entraîner et leur niveau ne fait que s’améliorer. Mon quatrième est un S. S comme solidaires car il faut l’être pour renforcer de temps à autre les mineures ou les vétérans. Depuis que cette catégorie existe, elle fait les beaux jours de nombreux clubs et en particulier du nôtre. Pour les représenter ce soir , j’appelle Albert Fischer qui en fut l’initiateur au Lara Hockey Club de Wavre mais tous méritent un Lara d’or ce soir.
G - E - N - T - S : Je voudrais un tonnerre d’applaudissements pour les Gents de Lara (représentés par Albert Fischer).

EPILOGUE

Comme je l’ai déjà dit souvent, ce soir, il y a eu des oubliés, des choix discutables, des injustices peut-être. On ne peut pas récompenser tout le monde. On le voudrait qu’on ne le pourrait pas. Je ne pourrai pas tout réparer en quelques mots, tout arranger en quelques phrases et m’en tirer avec quelques traits d’humour. Alors, j’honorerai donc à ma façon et dans le désordre quelques « gueules » du club qui peuvent me remercier de ne pas s’être vu décerner un Lara d’or, leur évitant ainsi les allergies provoquées par les poussières qui se déposent sur ce genre d’objet.
Honneur aux cheveux blancs :
MERCI A :

  • Papet : un grand professionnel et une volonté farouche. Il a atteint l’objectif qu’il s’était fixé en début de saison : faire remonter la Nationale 2 en division 3. Merci à lui et à tous ses joueurs .
  • Greg Léonard : Au terme d’un suspense qui s’est fini aux strokes, il s’est maintenu avec les Dames 2 en Nationale 3. Félicitations à elles et à lui.
  • Olivier Wengler, Pierre Géruzet et les vétérans : bravo pour cette première saison qui, si elle ne fut pas un grand crû au niveau sportif, le fut au niveau de l’ambiance parfois assez chaude d’ailleurs.
  • Les coachs tant sportifs qu’administratifs : Vous êtes toutes et tous à rassembler sous le même éloge. Votre travail est ingrat. Certains d’entre vous sont débutants dans ce rôle et vous avez dû très souvent improviser. Vous n’en avez que plus de mérite. Nous essayerons de mieux vous encadrer l’an prochain.
  • Les entraîneurs et leurs superviseurs : Merci à vous tous pour ces heures passées à inculquer votre savoir à de plus jeunes que vous. Beaucoup d’entre vous sont eux-mêmes encore très jeunes et l’expérience ne peut s’acquérir qu’avec du temps. Soyez réceptifs aux conseils qui vous sont donnés. N’hésitez pas à piquer les trucs de vos aînés. Soyez des éponges toujours prêtes à absorber la moindre information. L’an prochain, vous serez mieux chapeautés encore par plus de superviseurs.
  • Les ladies de Laurence Dessard et Nana De Jonge : Merci pour leur bel esprit club et leur carnavalara qui ne demande qu’à se développer.
  • Les délégués au terrain : Tous ceux qui se sont dévoués cette année pour organiser les compétitions et faire respecter le timing des rencontres. On aura encore besoin de vous l’an prochain. Inscriptions chez Serge Roubens. Dépêchez-vous ! Il ne reste déjà presque plus de place pour la saison prochaine !
  • Philippe Van Erkel pour l’organisation de son premier tournoi Gents qui fut un succès
  • Daniel Nesse notamment pour le challenge du Brabant Wallon qui permet à nos jeunes élites de se préparer au mieux pour la saison nouvelle.
  • Yves Nokerman et Denis Van Hees qui organisaient pour la dernière fois notre tournoi mais une fois de plus de main de maître.
  • Vous tous, les bénévoles du club, qui travaillez sans relâche à la bonne organisation de notre formidable tournoi et je n’en citerai aucun individuellement de peur d’en oublier un seul tant vous êtes nombreux.
  • Marylène pour son sourire et sa disponibilité permanente
  • Anne-Marie, Raymond, Michel pour cet attrayant coin bar où il fait si bon se désaltérer.
  • Les responsables sportifs, de filières, pour le gigantesque travail de fourmi que cela représente
  • L’équipe » communication » : Eric Dewael , Kate Pierce et Jean-Christophe Pauwels sans oublier Marc Simon pour ce qu’il a fait précédemment.
  • Marcel et Jenny : Nos cerbères de service de nuit
  • Les membres des différentes commissions qui ont passé des heures interminables à potasser statuts et politique sportive.
  • Les minimes qui joueront demain la finale de la Coupe de belgique
  • Manu Léonard qui empiffre si allègrement et délicieusement nos pauvres gentlemen qu’on a pitié de les voir courir !
  • Danny Larbouillat et Raymond Plasschaert qui ont su mettre sur pied un sponsoring digne de ce nom.
  • Nos sponsors justement qui nous soutiennent en toutes occasions et qui sont encore bien présents aujourd’hui.
  • Merci et félicitations à nos joueurs et joueuses qui ont encore fait avancer notre club d’un cran sur l’échiquier du hockey belge.
  • Merci à vous, les parents, sans le soutien desquels, aucun enfant ne peut harmonieusement progresser.
  • Merci à tous mes collègues du CA qui travaillent dans l’ombre pour le bien de ce club, n’en doutez pas !
  • Merci à Justine, mon assistante préférée, qui distribue les laras d’or avec moi depuis tant d’années.
  • Et à tout seigneur tout honneur, Merci enfin aux Autorités Communales pour leur aide omniprésente et indéfectible et pour le fait qu’ils aient cru en nous depuis le début.
  • J’aurai enfin une pensée émue pour Henri Fiévet, un grand serviteur de ce club et un ami de tous qui a perdu son papa ce jour-même et à qui nous présentons ici nos plus sincères condoléances.

A l’année prochaine.

Secrétariat du Club
LOGOLARA Lara Hockey Club
26C avenue de la Belle Voie
1300 Wavre
clubhouse 010 81 55 02
IBAN: BE40 1430 9327 1463
Secretaire
André Philippe Vermeeren (aka Drej)
0475 86 00 51
secretariat@larahc.be